Uber a faim d’Inde

Apps mobilesEntrepriseLevées de fondsMobilité
uber-faim-inde
2 1

Uber pourrait investir un milliard de dollars dans le développement de ses activités en Inde. Soit la même somme que celle débloquée en Chine.

Voici quelques semaines, Uber faisait la lumière sur sa stratégie de développement en Chine. La société Internet californienne annonçait son intention d’investir un milliard de dollars pour développer, à l’échelle du pays, ses services de transport de particuliers.

Elle pourrait débloquer le même montant pour soutenir l’expansion de ses activités en Inde, à en croire le Financial Times. Avec un objectif majeur : étendre sa couverture du territoire, actuellement limitée à 18 villes, contre une centaine pour Ola.

Le principal concurrent d’Uber sur le marché indien enregistrerait 400 000 trajets par jour, selon les estimations des professionnels du secteur. L’entreprise américaine est d’autant plus ambitieuse : elle vise le million d’ici à mars 2016.

Président de la filiale locale d’Uber, Amit Jain ne livre pas de chiffres, mais évoque une croissance de l’ordre de « 40 % chaque mois ».

Cette annonce intervient à l’heure où Ola, soutenu par des références telle la holding japonaise SoftBank, s’apprête à boucler un nouveau tour de table, après avoir levé 400 millions de dollars en avril.

Du côté des investisseurs, on considère que la démarche vise à « jeter un froid »… Mais on estime qu’Ola « aura les moyens de résister ». Et ce quand bien même la voie s’est récemment dégagée pour Uber, la justice indienne ayant annulé la suspension du service prononcée fin 2014 par le gouvernement (il avait été demandé aux chauffeurs de cesser leur activité après des suspicions sur un cas de viol).

La priorité d’Uber reste toutefois le marché chinois, plus développé qu’en Inde, avec un potentiel de 30 millions de clients et 10 millions de chauffeurs par jour à l’horizon 2018.

Mais là aussi, la concurrence est rude. Le rival s’appelle Didi Kuaidi. Né en février de la fusion de Didi Dache et Kuaidi Dache (respectivement contrôlés par Alibaba et Tencent avant le rapprochement), le groupe détient aujourd’hui le monopole pour les applications mobiles de réservation de taxis.

Il a surtout annoncé, début juillet, un tour de financement record pour une société non cotée : 2 milliards de dollars.

Crédit photo (ville de Kanchipuram) : Radiokafka – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur