Uber lâche son directeur financier : une IPO dans les cartons ?

BourseEmploiEntrepriseGestion des talentsLevées de fondsManagement
uber-brent-callinicos

La démission du directeur financier d’Uber laisse présager d’un changement de cap pour la société Internet californienne. Vers une introduction en Bourse ?

Brent Callinicos aura passé moins de deux ans chez Uber*. Il vient de démissionner de son poste de directeur financier. L’information a été communiquée aux investisseurs de la société Internet californienne par le CEO et cofondateur Travis Kalanick dans un e-mail dont le Wall Street Journal a obtenu copie.

Si personne n’a été officiellement désigné pour prendre la suite de Brent Callinicos, son bras droit Gautam Gupta – ancien de la banque d’affaires Goldman Sachs – semble tenir la corde. C’est en tout cas lui qui supervisera les finances d’Uber “jusqu’à nouvel ordre”… sans pour autant bénéficier du titre de CFO.

Arrivé en septembre 2013 en provenance de Google, où il chapeautait la comptabilité, Brent Callinicos conserve dans l’état actuel un rôle de conseiller auprès de l’entreprise qu’il a accompagnée dans une croissance ponctuée par d’impressionnantes levées de fonds portant sa valorisation à 41,2 milliards de dollars (non loin des 45 milliards du fabricant chinois de produits électroniques Xiaomi).

Couvrant désormais plus de 250 villes dans une cinquantaine de pays, Uber a bouclé plusieurs tours de table records sous l’ère Callinicos. En juin 2014, sa valorisation s’était envolée à 17 milliards de dollars après l’obtention d’une enveloppe de 1,2 milliard de dollars auprès de plusieurs pointures du capital-investissement basées pour l’essentiel dans la Silicon Valley.

En janvier 2015, Uber a obtenu 1,6 milliard supplémentaire sous forme de dettes convertibles contractées auprès de Goldman Sachs. Pouvant se transformer en une cession d’une partie du capital lors d’un événement financier ultérieur, cet emprunt avait laissé présager d’une introduction en Bourse à moyen terme.

Le départ de Brent Callinicos pourrait s’inscrire dans cette même logique, bien qu’officiellement, l’intéressé affirme “[vouloir] tourner la page […] et prendre enfin du temps pour son épouse et sa fille“. On notera également sa contribution au 5e tour de financement d’Uber, initialement clos en décembre 2014 avec 1,8 milliard de dollars levés… avant qu’il ne soit décidé de négocier une rallonge d’un milliard, pour une augmentation de capital sans précédent.

Brent Callinicos aura aussi mené la première opération de croissance externe réalisée par Uber en cinq ans d’activité : l’acquisition, il y a quelques semaines, de l’Américain deCarta, spécialisé dans la cartographie et la recherche locale. Une opération destinée à soutenir le développement rapide des activités de l’entreprise, en particulier sur la plaque Asie-Pacifique, pour toucher des marchés jugés “particulièrement porteurs” comme l’Inde (où le Français Blablacar s’est récemment installé).

* Uber a développé une plate-forme favorisant l’activité des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) en mettant en relation des conducteurs et des clients à travers une application mobile embarquant des fonctions de géolocalisation. La société n’a pas de flotte de véhicules en propre : elle joue le rôle d’intermédiaire.

Crédit photo : EQRoy – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur