Uber lève encore des fonds : la concurrence s’organise

Apps mobilesEntrepriseLevées de fondsMobilité
uber-alliance
2 18

Les liens se resserrent entre Lyft, Ola, Didi Kuaidi et GrabTaxi à l’heure où Uber cherche à lever 2 milliards de dollars supplémentaires.

Uber en Bourse ? Ce n’est pas pour tout de suite.

Régulièrement questionné sur ce sujet, le CEO Travis Kalanick estime que sa société n’en est pas encore à un stade de développement suffisamment avancé pour envisager l’IPO.

En est-il réellement besoin dans l’absolu si on considère que les tours de table s’enchaînent sans discontinuer ?

Moins de trois mois après avoir levé 1,2 milliard de dollars auprès du groupe Internet chinois Baidu, Uber serait sur le point de boucler une nouvelle opération de financement. À la clé, une enveloppe potentielle de 2,1 milliards de dollars, sur la base d’une valorisation à 62,5 milliards.

Dans sa communication à l’adresse des investisseurs, Uber se dit désormais capable de dégager 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur 12 mois glissants (méthode de calcul non précisée), en déduisant la part reversée aux chauffeurs.

D’après Bloomberg, qui s’appuie sur les témoignages de plusieurs sources dites « proches du dossier », le fonds de gestion T. Rowe Price, qui a financé des start-up comme Lending Club, Pure Storage et Airbnb, serait de la partie.

Autre participation intéressante : celle de Tiger Global Management, qui a déjà soutenu des concurrents d’Uber, dont Didi Kuaidi, Ola et GrabTaxi. Trois sociétés qui font justement l’actualité : les voilà officiellement engagées dans une lutte commune contre Uber, aux côtés d’un quatrième larron : Lyft.

Ménage à quatre

Cette alliance se dit en mesure de couvrir « 50 % de la population mondiale ». Tandis que Didi Kuaidi évolue sur le marché chinois, Ola se positionne en Inde. GrabTaxi se développe essentiellement en Asie du Sud-Est (Malaisie, Indonésie, Vietnam, Thaïlande, Singapour, Philippines) et Lyft, aux États-Unis.

Les jonctions entre les quatre firmes seront d’abord technologiques, à travers un croisement d’API qui offrira un système de réservation interopérable. Concrètement, un Américain client de Lyft pourra utiliser l’application pour réserver une course avec Didi Kuaidi lors d’un déplacement en Chine (et vice-versa, sachant que chaque année, 100 millions de Chinois voyageraient à l’étranger).

Cette interopérabilité sera mise en place au 1er trimestre 2016. La gestion de la cartographie, de la navigation et des paiements restera à la charge de chacune des entreprises engagées dans le partenariat. Une manière pour elles de rester indépendantes dans leurs régions respectives, « sans avoir à penser à une fusion ou autre », comme l’explique à TechCrunch un porte-parole de Didi Kuaidi.

Au-delà du volet technologique, il existe déjà des liens capitalistiques entre Ola, Lyft, GrabTaxi et Didi Kuaidi. Non seulement parce que le groupe japonais SoftBank a mis ses billes dans les quatre sociétés, mais aussi parce que Didi Kuaidi a successivement investi, cet été, dans Lyft (100 millions de dollars), Ola (participation à un tour de table de 500 millions de dollars) et GrabTaxi (350 millions de dollars).

Une telle alliance vise aussi, pour chacune des parties prenantes, à optimiser les dépenses d’exploitation. Et il y en a besoin : des documents de la banque d’investissement Credit Suisse ont récemment laissé entrevoir des pertes de 127 millions de dollars pour Lyft au 1er semestre 2015, avec des dépenses marketing de 96 millions… soit le double du chiffre d’affaires.

Les finances ne sont pas plus reluisantes pour Didi Kuaidi : 500 millions de dollars de pertes sur les 5 premiers mois de l’année, à s’en fier aux documents communiqués par le groupe lors de sa dernière levée de fonds.

Il faut dire qu’Uber et Didi Kuaidi se rendent coup pour coup dans l’optique de conquérir le marché chinois, dans ce que certains analystes qualifient déjà de « combat à mort ». En quelques mois, les deux sociétés ont multiplié les opérations de financement, baissé à plusieurs reprises leurs tarifs et augmenté la rémunération de leurs chauffeurs.

Crédit photo : autsawin uttisin – Shutterstock.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur