Uber : des milliards sous le capot pour conquérir la Chine

Apps mobilesEntrepriseLevées de fondsMobilité
uber-chine-didi-kuaidi
4 1

Tandis qu’Uber boucle une nouvelle levée de fonds pour se développer en Chine, son principal concurrent sur ce marché négocie une rallonge à son dernier tour de table.

La bataille s’intensifie entre Uber et Didi Kuaidi… au gré d’impressionnantes levées de fonds : 1,2 milliard de dollars pour le premier et environ 1 milliard pour le second, avec la Chine en ligne de mire.

Uber ne devrait pas s’arrêter là : ce nouveau tour de table emmené par le groupe Baidu n’est pas encore clos. Dans l’état actuel, il valorise à 8 milliards de dollars la filiale chinoise de l’entreprise américaine, d’après TechCrunch.

Même réflexion pour Didi Kuaidi : le milliard de dollars levé par le spécialiste des applications mobiles de réservation de taxis (né en début d’année de la fusion de Didi Dache et Kuaidi Dache) constitue en fait, comme le relève Bloomberg, une rallonge au financement obtenu en juillet.

Des pointures de la sphère Internet comme Alibaba et Tencent avaient pris part à cette opération d’une ampleur sans précédent dans le monde pour une société non cotée, avec une enveloppe de 2 milliards de dollars.

Dans l’immédiat, ces fonds seront injectés pour partie dans la promotion du service d’autopartage Didi Hitch, lancé en juin pour concurrencer Uber sur le transport léger de voyageurs.

Didi Kuaidi compte aussi développer son offre  lancée à l’été 2014 sur le mode P2P pour permettre aux conducteurs de prendre en charge des passagers avec leurs propres véhicules – une pratique « à la UberPOP », mais légale sur place, car encadrée par le gouvernement.

D’autres services seront mis en place sur le court terme. Notamment des lignes de bus ou encore la possibilité, pour le propriétaire d’un véhicule, de solliciter une tierce personne pour prendre le volant (pratique lorsqu’on rentre de soirée, par exemple). L’idée étant, comme le souligne Re/code, de disposer de briques complémentaires qui puissent être adaptées selon la demande.

Les ambitions d’Uber sont tout aussi grandes : la Chine pourrait devenir, d’ici à la fin de l’année, le premier marché de la pépite Internet californienne, devant les États-Unis. Et ainsi concourir à l’objectif mentionné dans un document confidentiel qui a récemment fait surface : atteindre les 10,4 milliards de dollars de recettes en 2015 sur les réservations de VTC, puis 26 milliards en 2016 ; soit environ 3 milliards de CA moyennant une commission de l’ordre de 20 % sur chaque trajet.

Crédit photo : hxdyl – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur