Ubisoft intègre Demandware dans sa stratégie e-commerce

E-commerceMarketing
ubisoft-demandware
4 1

D’ici à fin 2016, l’intégrateur OSF aura, pour le compte d’Ubisoft, mis en place une vingtaine de sites transactionnels basés sur les technologies de Demandware.

Ubisoft s’appuie sur Demandware pour développer sa stratégie e-commerce.

D’ici à la fin de l’année, l’éditeur et distributeur de jeux vidéo aura mis en place une vingtaine de sites transactionnels basés sur plate-forme cloud de création de boutiques en ligne. Le tout en 7 langues, avec autant de moyens de paiement, pour couvrir l’Europe, les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Brésil et la Russie.

Le socle technologique est mutualisé, chaque pays étant autonome pour créer des expériences personnalisées sur l’ensemble des plates-formes de jeux.

La conception et l’implémentation sont gérés par OSF Global Services, société de conseil IT d’origine canadienne et membre du réseau des intégrateurs Demandware.

Les premiers sites ont été lancés en 7 mois, accompagnant notamment la commercialisation du dernier volets de la franchise Tom Clancy’s (10 millions de joueurs revendiqués). Les délais se sont progressivement réduits, OSF prenant en charge, au-delà du développement, l’aspect opérationnel du site, notamment à travers les services de back-office.

Le groupe basé à Québec a déjà déployé les solutions de Demandware pour le compte de plusieurs marques gérées par le groupe L’Oréal et plus particulièrement par sa filiale canadienne. On relèvera aussi ce contrat avec Skullcandy (produits audio et « lifestyle ») associant la dimension e-commerce au CRM de Salesforce.

Salesforce est justement sur le point d’acquérir Demandware, pour 2,8 milliards de dollars. L’opération, annoncée début juin, doit être finalisée avant le 31 juillet.

Sous cette nouvelle configuration, Demandware deviendra Salesforce Commerce Cloud et constituera une « démarche e-commerce intégrée à un parcours client ».

Reste à voir comment l’entreprise fondée en 2004 par Stephan Schambach (qui avait poussé l’éditeur de logiciels e-commerce Intershop jusqu’en Bourse à la fin des années 90) gérera la transition pour les 1 600 sites qu’elle dit propulser avec ses solutions – dont ceux de Lacoste et Marks & Spencer.

À voir en complément, l’interview de Laurent Peron. Le directeur Europe du Sud de Demandware revenait, dans le cadre du salon e-Commerce 2014, sur le développement du marché tout en abordant l’aspect m-commerce.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur