Ubisoft : Guillemot Brothers prêt à se renforcer face à Vivendi ?

BourseEntrepriseFusions-acquisitions
ubisoft-guillemot-brothers-vivendi
3 2

Tout en demeurant combatif, Michel Guillemot, CEO d’Ubisoft, laisse planer le doute sur les intentions de sa famille, qui a cédé sa part à Vivendi dans Gameloft.

Après avoir cédé sur le front Gameloft face à Vivendi, les frères Guillemot pourraient se concentrer sur Ubisoft, également convoité par le groupe de Vincent Bolloré. Mais la prochaine étape manque de clarté.

C’est désormais acquis : la famille Guillemot a cédé un bloc d’environ 23% de Gameloft, la société d’édition de jeux sur terminaux mobiles qu’elle avait transformée en un leader du secteur, dans le cadre de l’OPA de Vivendi. Elle a récupéré un montant de 150 millions d’euros en cédant ses parts « à regret ».

Ubisoft va-t-il devenir une forteresse à consolider en ré-injectant le gain Gameloft dans le capital de l’éditeur de jeux vidéo également créé par la famille Guillemot ? « C’est quelque chose qui est en discussion avec mes frères », déclare Michel Guillemot, CEO d’Ubisoft, déclare-t-il dans les colonnes du Monde.

Avec ses frères, il détient désormais un peu plus de 20 % du capital, pour 28,42 % des droits de vote. La participation a été renforcée face aux ambitions de Vivendi qui est monté de son côté à hauteur 15,15 % du capital (pour 13,39 % des droits de vote) selon un relevé effectué début mai. Désormais, le groupe de Vincent Bolloré vise une place au conseil d’administration d’Ubisoft.

Mais, il y aura de la résistance du côté d’Yves Guillemot, qui se montre combatif : « Nous ne laisserons pas Vivendi casser Ubisoft », déclare-t-il au Monde.

La fin d’Ubisoft Casablanca

Parallèlement, Ubisoft stoppe l’exploitation d’Ubisoft Casablanca, disposant d’un effectif de presque cinquante personnes. Le studio marocain avait ouvert ses portes en 1998. De facto, c’était l’une des implémentations historiques de l’éditeur de jeux vidéo à l’international.

« Ubisoft Casablanca a contribué à un grand nombre de jeux mémorables, particulièrement sur les consoles portables », estime Jean-Michel Detoc, Directeur exécutif, Ubisoft Mobile, cité dans le communiqué. « Malheureusement, alors que le marché du jeu vidéo a beaucoup évolué ces dernières années, nous n’avons pas réussi à trouver une formule gagnante pour le studio dans notre réseau global. »

Ubisoft compte 29 studios répartis dans 17 pays dont 5 sont dédiés à la production de jeux mobiles.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur