Ultra haut débit : CiteFibre compte couvrir tout Paris en 2008

Mobilité

A peine lancé, le spécialiste de la fibre optique à domicile va s’inscrire sur le Marché Libre afin d’accélérer son développement.

C’est un défi audacieux que CiteFibre souhaite relever : devenir l’opérateur de référence dans le domaine de l’accès ultra haut débit par la voie de la fibre optique à domicile (Fiber to The Homeou FTTH) dans les métropoles. “C’est l’infrastructure d’accès fixe du 21e siècle”, avance Dominique Lancrenon, président du directoire de la société.

Pour l’instant, la voie est libre puisque les fournisseurs d’accès Internet qui comptent sur le marché français se concentrent sur les technologies DSL. Quant aux câblo-opérateurs Noos/UPC et Numéricâble, ils en sont au stade de l’expérimentation alors que CiteFibre vient de débuter la commercialisation de ses offres FTTH à 100 Mbit/s. Celles-ci reposent d’emblée sur du triple play (accès Internet, téléphonie et télévision sur IP) avec d’autres services ultra haut débit en gestation comme la vidéo à la demande et la télévision haute définition (voir édition du 9 novembre 2005). “Nous comptons profiter de cette fenêtre de tir pour accélérer notre développement”, commente Dominique Lancrenon.

Dans cette perspective, CiteFibre a présenté mercredi matin son projet d’inscription sur le Marché Libre d’Euronext Paris. Pour les sociétés candidates, ce segment boursier présente un avantage certain : les barrières règlementaires en vue d’une introduction sont peu élevées. Mais le service d’accès ultra haut débit affiche sa volonté de transparence : il a déjà donné un échéancier de communication régulière de ses résultats futurs. Un exercice que l’Autorité des marchés financiers (AMF) n’impose pas sur le Marché Libre.

Des actions réservées aux “investisseurs qualifiés”

La procédure d’introduction en Bourse est un peu particulière. Après l’inscription qui devrait survenir dans les premiers jours du mois de décembre, CiteFibre compte lever des capitaux en faisant appel uniquement aux “investisseurs qualifiés” (fonds d’investissement, OPCVM, sociétés de gestion indépendantes?). A l’occasion de cette prochaine augmentation de capital, CiteFibre souhaite lever 20 millions d’euros.

Nicominvest, le fonds d’investissement qui accompagne le spécialiste de la FTTH depuis ses débuts et joue le rôle d’actionnaire principal (avec 59% des parts), a annoncé son intention de participer au prochain round de financement via la Bourse.

Engagement d’un retour sur investissement rapide

La direction de CiteFibre a fait le point sur ses perspectives de développement. En termes de couverture, le service a démarré dans le 15e arrondissement de Paris. Il devrait s’étendre en priorité vers l’ensemble des quartiers ouest de la capitale pour couvrir intégralement Paris, voire une extension en Ile-de-France “à partir de 2008”. D’ici fin 2007, la société voudrait compter sur 100 000 prises “adressables”.

Quid des autres métropoles françaises ? CiteFibre pourrait étudier au cas par cas les zones urbaines éligibles à son service. Cela dépendra beaucoup du degré de déploiements de réseaux locaux de fibre optique menés par les collectivités.

D’un point de vue financier, CiteFibre parie sur un retour sur investissement rapide puisqu’il prévoit d’afficher son premier résultat net positif au quatrième trimestre 2008. En attendant, pour son premier exercice annuel 2005-2006, la société devrait afficher un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros et une perte nette de 4,1 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur