Ultra haut débit : France Télécom séduit par la VDSL 2

Mobilité

L’opérateur télécoms a effectué une démonstration de cette technologie qui promet des débits symétriques atteignant 100 Mbit/s.

C’est une “première mondiale”, claironne France Télécom. Mardi matin, l’opérateur télécoms a effectué une démonstration basée sur un système pré-VDSL 2 dans ses Jardins de l’Innovation situés à Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Cette technologie d’accès Internet “ultra rapide” permet d’atteindre un débit théorique maximal de 100 Mbits/s sur des fils de cuivre de manière symétrique, soit aussi bien en flux descendant (download) qu’en flux remontant (upload). “C’est un débit équivalent à celui constaté sur le réseau local d’une entreprise”, précise Alain Vellard, directeur du centre de recherche sur les réseaux d’accès de France Télécom.

L’un des principaux intérêts de cette technologie est qu’elle permet d’offrir différents services haut débit en simultané. France Télécom s’est concentré sur une démonstration de type “loisirs numériques de salon” à partir d’un DSLAM de type VDSL 2 installé dans le sous-répartiteur et d’un modem VDSL 2 installé chez le particulier.

Premier avantage : le partage du très haut débit

Au sein d’un même foyer, il serait possible de regarder en simultané deux postes de télévision haute définition à partir de décodeurs MPEG-4 HD (compter un flux de 12,5 Mbit/s pour chaque récepteur), un poste de télévision Simple Definition avec un décodeur MPEG-2 (12 Mbit/s), un service de visiophonie HD (2 Mbit/s) et un accès Internet à très haut débit à partir d’un ordinateur (40 Mbit/s). Bref, de quoi satisfaire tous les besoins haut débit de tous les membres de la famille.

“La VDSL 2 permet de monter en puissance dans le haut débit mais sur de courtes distances”, tempère Alain Vellard. Seuls les foyers situés à moins de 500 mètres d’un répartiteur pourront en effet exploiter pleinement le potentiel VDSL 2. Sachant que la portée du très haut débit se révèle “théorique”. Du coup, l’expert en accès réseaux estime qu’il faut s’attendre à une perte de 20 à 30% du très haut débit affiché en cas de déploiement sur le terrain.

La VDSL 2 à disposition du grand public en 2007

La reconnaissance de la VDSL 2 est en bonne voie : l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) a achevé la recommandation de la technologie en mai 2005. On peut s’attendre à une normalisation dans le courant du deuxième semestre 2006 et une commercialisation de ce type d’accès dans le courant de l’année 2007, estime l’expert de France Télécom.

Lorsqu’il a dévoilé sa nouvelle stratégie en juin, Club Internet avait déjà présenté la VDSL 2 comme sa prochaine technologie de référence pour le haut débit (voir édition du 7 juin 2005). Le service d’accès de T-Online France prévoyait un déploiement “courant 2006”, sous réserve de la validation du comité d’experts de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) et de l’homologation de France Télécom.

La VDSL 2 va-t-elle enterrer la VDSL 1?

En l’état actuel, France Télécom affirme n’avoir pas pris de décision stratégique sur le déploiement de la VDSL 2 en France. La machine du haut débit s’emballe puisque l’opérateur télécoms vient à peine de découvrir? la VDSL 1. Un premier test a été effectué dans ce sens au premier trimestre de cette année (voir édition du 11 mars 2005). “Si France Télécom décide un déploiement massif de cette technologie, les moyens seront probablement orientés vers la VDSL 2”, glisse Alain Vellard.

Entre l’exploitation de l’ADSL, de l’ADSL 2+ et le potentiel de la VDSL et de la fibre optique, France Télécom assure vouloir maintenir une certaine cohésion et assurer une cohabitation des technologies haut débit. En attendant que des orientations stratégiques relatives au très haut débit soient établies par la direction du groupe.

VDSL 1 contre VDSL 2 : le match
Divers points techniques différencient la VDSL 1 de la VDSL 2. En premier lieu, multipliez par deux le débit : 50 Mbit/s pour la VDSL 1 en voie descendante et 25 Mbit/s en voie montante pour la VDSL 1 contre 100 Mbits avec une certaine symétrie pour la VDSL 2. La VDSL 2 ne comporte qu’une seule modulation (DMT) contre deux modulations pour la VDSL 1 (QAM et DMT). Enfin, l’utilisation des fréquences hertziennes diffère : une bande de 12 MHz pour la VDSL 1 contre une bande de fréquence de 30 MHz pour le cas de la VDSL 2.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur