Un départ mouvementé pour le premier voyage iDTGV

Mobilité

A l’appel de six syndicats, des centaines de cheminots ont bloqué momentanément le départ de la rame d’inauguration iDTVG lundi midi à la gare de Lyon. Ils dénoncent l’idée de “premier train privé”.

Si les premiers clients iDTGV peuvent se montrer satisfaits des billets de train acquis à bas prix, ils n’ont pas forcément apprécié le retard de leur train au départ de la gare de Lyon lundi midi à cause d’un mouvement de protestation de cheminots de la SNCF.

A l’appel de six syndicats (les sections CGT-CFDT-FO-Sud Rail-Unsa Cheminots-FGAAC de la “région SNCF de Paris Sud-Est” plus précisémment, 400 cheminots de la SNCF ont répondu à un “rassemblement” à l’heure du départ dans la dite gare parisienne pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de l’initiative iDTGV.

Ce nouveau service de réservation de billets à bas prix uniquement accessible par Internet, exploité par une filiale de la SNCF, est perçu par les syndicats comme “une attaque au service public”. Compte tenu de la menace des cheminots d’envahir les voies pour empêcher le TGV de s’élancer, les forces de police ont pris position pour sécuriser les quais et éviter tout incident au départ du train. Résultat : le TGV est parti avec plus d’une demi-heure de retard à partir de la gare de Lyon.

Remise en cause de l’égalité d’accès, externalisation de l’offre ferroviaire, fragilisation du statut de cheminot… les critiques à l’encontre d’iDTGV, qualifiées de “premier train privé”, ne manquent pas dans les argumentaires et dans les tracts distribués par les représentants des six syndicats signataires de l’appel au rassemblement.

Absence de réaction

Contacté par Vnunet.fr lundi après-midi, la direction de la SNCF n’a pas souhaité réagir officiellement à la suite de cet incident pour la première d’iDTGV. Selon l’AFP, la direction du groupe ferroviaire indiquait récemment avoir vendu plus de 20 000 billets en moins d’un mois par le biais de ce canal.

Lors du lancement d’iDTGV en novembre (voir édition du 24 novembre 2004), la SNCF indique avoir lancé ce dispositif pour contrer la concurrence des compagnies aériennes à bas prix.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur