Un film limité dans le temps pour QuickTime

Mobilité

Creative Forces propose un film d’animation QuickTime 5 uniquement diffusé sur Internet. Ce court-métrage de 10 minutes peut être visualisé pendant 24 heures consécutives grâce à un droit d’entrée obtenu pour 28 francs, et ce sur une seule machine. La première salle de cinéma sur l’Internet ?

Quelles nouvelles possibilités de diffusion sur Internet ? Pendant que certains se posent encore la question, Creative Forces, une firme de Memphis dans le Tennessee, se lance dans la diffusion d’un court-métrage d’animation intitulé Trombones (Paper Clips en version originale). Ce dessin animé a cela d’unique qu’il a été créé pour Internet et qu’il ne s’agit pas d’une production commanditée par Hollywood. Le visionnage de l’animation nécessite de s’être assuré que la configuration matérielle et logicielle de la machine utilisée correspond aux recommandations de la société. Entre autres conditions à remplir, on notera la nécessité de disposer de QuickTime en version 5.0.2 ou ultérieure, d’avoir autorisé l’utilisation des cookies et de JavaScript dans son butineur, d’avoir configuré son moniteur en résolution de 1 024×768 ou 800×600, et de verser le prix demandé : 3,99 dollars, soit près de 4,43 euros. Paper Clips est alors disponible pour une période de 24 heures uniquement sur l’ordinateur où la transaction a été effectuée, limitation rendue possible par l’utilisation des cookies afin d’assurer à Creative Forces une utilisation non frauduleuse de la licence de visionnage obtenue.

Le projet, qui a débuté en avril 1998, n’a été finalisé que dans le courant de l’année 2001. Il a nécessité des mois de recherches afin de s’assurer qu’il serait proche de l’ambiance que les animateurs ont voulu lui donner. La musique du film est originale et un son 16 bits stéréo accompagne ce morceau de bravoure. Un making-of du film de plus de 3 minutes (20 Mo) ainsi qu’une bande-annonce sont proposés sur le site de la firme. L’idée de Creative Forces est une première dans le genre : proposer de faire payer un droit, afin de voir une oeuvre cinématographique entièrement réalisée dans l’optique d’une diffusion uniquement numérique par le biais de l’Internet. La mise en condition du spectateur avant projection s’avère efficace : un parcours de vérification de la bonne configuration de votre machine en cinq étapes doit être franchi avant que le film de 72 Mo, sécurisé par le dernier codec Sorenson Video 3, ne soit diffusé. En lançant cette idée, Creative Forces se place nettement comme première “salle de cinéma de l’Internet” ! Reste à savoir si l’idée aura des répercussions et sera acceptée par la clientèle. Quant à l’emploi de QuickTime et de JavaScript, il montre, s’il en était besoin, à quel point ces technologies restent importantes pour certains types de contenus (voir édition du 29 août 2001)…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur