Un label de plus pour les sites marchands

Cloud

Les fédérations des professionnels de la vente à distance (FEVAD) et de la distribution (FCD) mettent en place pour cet été un label dénommé Labelsite. Son rôle sera d’identifier les boutiques du Web respectueuses d’une éthique favorable aux internautes. Bernard Siouffi, président du comité d’habilitation chargé d’attribuer le label, explique les enjeux pour le consommateur en ligne.

VNUnet : Quelles sont les garanties apportées par Labelsite ?Bernard Siouffi : D’abord, son premier avantage est d’être un label fait par des experts de la vente à distance, qui la connaissent donc bien, pour d’autres professionnels de la vente à distance. Et grâce au respect de ses règles, nous voulons renforcer la confiance des consommateurs. Les garanties concernent aussi bien l’identité du commerçant par rapport au site affiché que la protection des données. Par exemple, l’identité du marchand en ligne est vérifiée à partir du registre du commerce. Sur un site, nous recommandons de bien séparer les parties liées au montage de la commande (avec une liste de courses ou un chariot, ndlr) de la partie consacrée à la validation de l’achat. Dans le cadre d’une prospection par e-mail, en utilisant des données personnelles, nous exigeons que l’en-tête du courrier envoyé montre clairement que c’est une proposition commerciale. Avec à chaque fois, à la fin de l’e-mail, la possibilité de mettre fin à ce type de dialogue.

VNUnet : Faites-vous des recommandations concernant la sécurité des paiements ?Bernard Siouffi : Nous ne voulons pas favoriser telle ou telle technologie. Nous travaillons plutôt de façon générique, en insistant aussi sur la sécurisation des données. Si vous achetez un caleçon sur le site de La Redoute, vous n’avez pas forcément envie que toute le planète le sache. D’autant que des informations peuvent être sensibles dans certains cas, qu’il s’agisse de réservations, de l’achat de bijoux, etc.

VNUnet : La Commission Nationale pour l’Informatique et les Libertés travaille justement sur le respect des données personnelles. Quelles sont vos relations avec cet organisme ?Bernard Siouffi : Elles sont très bonnes. Je côtoie d’ailleurs personnellement les membres de la CNIL depuis ses débuts en 1978. Avec son appui, nous avons créé un code de déontologie pour la vente à distance depuis 1993. Et nous travaillons maintenant sur plusieurs points de recommandation. Ainsi, un site labellisé devra afficher sa politique en matière de données personnelles, avec par exemple une icône spécifique.

VNUnet : Les professionnels de la vente étant à l’origine de Labelsite, n’êtes-vous pas à la fois juge et partie ? Comment pouvez-vous prétendre à une véritable indépendance ?Bernard Siouffi : Nous ne sommes absolument pas juge et partie. Des auditeurs indépendants sont chargés de contrôler la conformité d’une société qui souhaite adhérer au label. Ces ingénieurs-consultants sont diplômés d’organismes reconnus comme l’AFAQ ou l’ICA et ont une véritable déontologie. Ils ne transigent pas, on est conforme ou on ne l’est pas. Et je précise que notre organisation est à but non lucratif. Pour participer au fonctionnement, la labellisation coûte au marchand 250 euros par an. Une somme qui reste modeste pour la plupart des sociétés.

VNUnet : Une fois acquis, le label pourra-t-il être retiré ?Bernard Siouffi : Oui, une vérification au fil de l’eau par l’auditeur est prévue au moins une fois par an. Et une boîte de dialogue sur notre site permettra aux consommateurs de se plaindre d’un site qui ne respecterait pas le label affiché.

VNUnet : Justement, quand les premiers sites afficheront-ils un logo Labelsite ?Bernard Siouffi : Une trentaine d’entreprises ont demandé le label et parmi elles une douzaine sont actuellement auditées. Je souhaite que les premiers sites affichent le logo avant le 21 juin. A cette date, nous tiendrons une conférence de presse pour faire mieux connaître le label.

Pour en savoir plus : Labelsite


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur