Un nouveau pas vers l’écran souple

Mobilité

La société Universal Display a déposé il y a quelques semaines de nouveaux brevets concernant une technologie d’affichage sur des écrans souples, transparents et fins, que l’on pourra rouler comme un journal.

Alors que les écrans à tube cathodique perdent en profondeur mais que l’écran plat reste cher, une troisième piste futuriste continue de faire rêver. Il s’agit de l’utilisation de molécules lumineuses maîtrisées grâce au courant électrique. C’est en tout cas la voie d’Universal Display, qui a déposé fin janvier quatre nouveaux brevets (soit un total de 22 brevets) pour protéger sa technologie.

Le principe a été baptisé OLED, pour organic light emitting device. Littéralement, l’écran exploitera des molécules, composées en partie d’atomes de carbone, capables d’émettre de la lumière. Universal Display explique que les molécules se présentent sous la forme d’un film fin pris en sandwich entre deux plaques transparentes, conductrices d’un courant électrique. Les plaques jouent chacune le rôle d’électrode, positive ou négative : quand on les relie à une pile, elles génèrent un champ électrique qui “polarise” les molécules et les contraint à émettre de la lumière. Cette lumière est émise des deux côtés, autrement dit l’écran n’a ni avant ni arrière. Les scénaristes de films de science-fiction ont d’ailleurs déjà joué avec ce principe, en imaginant des cartes géographiques lumineuses plaquée sur une grande vitre visible des deux côtés.

Encore réduite aux expérimentations en laboratoire, avec l’aide des universités de Princeton et de Californie du Sud, la technologie devrait donner naissance à plusieurs types d’écrans. La version TOLED devient transparente de l’écran lorsque les plaques extérieures ne sont pas alimentés en énergie. Selon Universal Display, on peut espérer une transparence “à 85 %”, ce qui conviendrait au vitrage d’un cockpit ou sur un casque. Une autre variante est souple pour supporter des déformations ou être plaquée sur un support bombé, tel un pare-brise. La société songe aussi à des applications monochromes sur les écrans de petite taille, comme les téléphones mobiles.

La version la plus intéressante baptisée SOLED promet un affichage en couleur à haute définition et pourrait concerner la vidéo et l’informatique. En effet, les molécules (leur forme ou leur composition) seraient modifiables pour canaliser la lumière sur certaines bandes de fréquence. Autrement dit, un amas de molécule émettra une couleur plutôt rouge, verte ou bleue selon le choix de l’inventeur. Répartis en trois couches pour ressembler aux écrans RVB des téléviseurs, ces tranches superposées pourraient donner naissance à des écrans d’ordinateur à la fois souples et ultra-fins.

Reste que ces considérations ne sont encore qu’hypothétiques car, comme beaucoup d’autres curiosités de laboratoire, l’écran plat roulé sous le bras ne sera guère commercialisé avant plusieurs années. Signalons que d’autres organismes s’intéressent de près à l’affichage ultra-plat. La société e-ink développe des micro-billes susceptibles de jouer le rôle de pixels sur les pages d’un livre électronique. Ces pages ne devraient pas apparaître avant plusieurs années non plus, mais des prototypes de panneaux souples ou rigides existent déjà. Ils ont été placés à titre d’essai dans plusieurs magasins pour l’affichage de publicités ou de promotions. E-ink prévoit des applications à très court terme dans les galeries marchandes, où les panneaux publicitaires peuvent être mis à jour à distance depuis un ordinateur relié au Net. Mais même si le marché est prometteur, il faudra attendre encore un peu. “E-ink n’a pas encore de moyens de production assez importants pour fabriquer des panneaux en quantité”, nous explique un porte-parole de la société. D’où l’intérêt de se rapprocher avec des industriels de taille, comme Lucent qui a annoncé un accord de coopération en octobre 1999. Par ailleurs, E-ink vient de récupérer 37 millions de dollars auprès de divers investisseurs, dont le groupe français Havas, filiale de Vivendi.

Pour en savoir plus :

* Universal Display

* E-ink


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur