Un pas dans la libéralisation du cryptage aux US

Régulations

Le vice-président Al Gore a promis une libéralisation progressive dans certains secteurs d’activités.

L’administration Clinton semble décidée à lâcher du mou quant à l’utilisation et l’exportation de logiciels de cryptage. Alors que jusqu’ici seules les banques et les sociétés financières avaient le droit de les utiliser, les compagnies d’assurance, les sociétés du secteur de la santé et de la médecine pourront désormais y avoir recours. Il semble que ce soit un premier pas pour lever les restrictions qui selon de nombreux commentateurs relèvent de la paranoïa. Le débat est en effet très vif aux Etats-Unis entre les partisans d’une libéralisation totale permettant auxcitoyenx de protéger leur vie privée et le gouvernement qui veut empêcher les criminels et les terroristes d’utiliser ces technologies pour protéger leurs activités. Cette différence de point de vue ne va pas sans poser de problèmes sur le réseau mondial. Sur Internet, le standard Secure Mime, développé en Irlande, autorise par exemple l’envoi de mail illisible si l’on ne connaît pas la clé de codage. Il intéresse énormément des sociétés comme Microsoft, Netscape ou Lotus mais ces dernières doivent attendre l’approbation des organismes de contrôle américain avant de l’adopter.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur