Un Pentium 4 mobile prêt pour 2002

Mobilité

Pour sa troisième journée consacrée au forum des développeurs, Intel évoque un Pentium 4 mobile gravé en 0,13 micron, l’arrivée de l’interface 3GIO appelée à remplacer le vieillissant PCI, le support de l’USB 2.0 et une solution de réseau sans fil basée sur le standard 802.11b.

Après le lancement du Pentium 4 à 2 GHz (voir édition du 27 août 2001), après la démonstration d’un P4 à 3,5 GHz (voir édition du 29 août 2001), Intel poursuit l’étalage des qualités de son processeur stratégique lors de son forum des développeurs, en présentant une version pour mobile. C’est Frank Spindler, le vice-président pour les plates-formes mobiles, qui a présenté la bête ce 29 août : une puce pour portables gravée en 0,13 micron (contre 0,18 pour le P4 actuel) et tournant à une fréquence supérieure à 2 GHz. Frank Spindler a annoncé que le P4 mobile était déjà sur les chaînes de production pour une sortie sur le marché au cours du premier semestre 2002. La fréquence d’introduction se situera à 1,85 GHz. Ce P4 mobile viendra directement concurrencer le récent Pentium III-M (voir édition du 31 juillet 2001) lui aussi gravé en 0,13 micron. Mais selon le directeur de la division mobiles d’Intel, le P4 mobile économisera jusqu’à 50 % de l’énergie consommée par rapport au PIII-M. Il a ajouté que l’actuel chipset i830 du PIII-M intégrerait un processeur graphique dès l’année prochaine. Une manière de contrer éventuellement la nouvelle concurrence avancée par nVidia et son contrôleur logique nForce (voir édition du 7 juin 2001) ?

Le processeur n’est pas le seul à enrichir les capacités de nos PC. Les standards de transfert d’information y contribuent également, notamment le 3GIO (Third Generation I/O architecture ou architecture d’entrée/sortie de 3e génération). Après l’ISA, l’EISA puis le PCI, le 3GIO a été validé par le PCI-SIG, le consortium chargé de l’évolution du bus PCI. Interface d’interconnexion en série, le 3GIO est appelé à remplacer le bus PCI afin d’offrir une bande passante bien plus large et capable de recevoir les débits en provenance de l’IEEE 1394b, du LAN 10 Gbit, etc. Le 3GIO sera également capable de “dialoguer” avec des processeurs puissants – jusqu’à 10 GHz – sans générer de goulets d’étranglement. Enfin, la fabrication des composants répondant aux critères du 3GIO devrait se révéler plus économique qu’avec le PCI, notamment grâce à une réduction des points de contacts. Bref, si Intel et d’autres constructeurs ont réussi à faire valider le 3GIO, celui-ci ne s’imposera pas avant plusieurs années. Selon Louis Burns, vice-président de la plate-forme desktop chez Intel, les spécifications finales du 3GIO seront fixées au cours de la seconde moitié de 2002. Les premiers produits estampillés 3GIO ne devraient donc pas voir le jour avant 2003.

Intel croit en l’USB 2.0

Louis Burns en a profité pour démontrer les capacités de l’USB 2.0 – qui se veut 40 fois plus rapide que l’USB 1.1 soit un débit de 480 Mbit/s – en connectant un caméscope numérique USB 2 sur un contrôleur Intel supportant la nouvelle norme de transfert. Il a d’ailleurs ajouté que le constructeur Gateway sortirait, d’ici la fin de l’année, un P4 équipé d’une carte mère Intel supportant l’USB 2.0. Autre annonce faite à l’IDF, la sortie de AnyPoint Wireless II Network, une solution réseau sans fil destinée aux particuliers et aux petites entreprises. Ce réseau sans fil, qui offre également l’accès Internet, communique sur le protocole IEEE 802.11b, lequel autorise des liaisons à 11 Mbit/s. Conscient des failles de ce protocole en matière de sécurité, Intel le livre avec une solution d’encryptage à 128 bits, un firewall ainsi qu’un utilitaire de contrôle parental. Proposé en carte PCI ou en module USB, l’AnyPoint devrait être lancé sur le marché américain en octobre prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur