Un standard I/O naît sur le marché des serveurs

Régulations

Après plusieurs mois de dispute, les deux camps qui défendaient leur propres spécifications pour une architecture en entrées/sorties compatible avec les prochaines générations de serveurs se sont entendus. Selon le cabinet Gartner Group, la fusion des deux standards I/O devrait favoriser la vitesse et la fiabilité des futurs serveurs.

Les deux organisations Future I/O et Next Generation I/O ont fini par s’entendre après avoir longtemps défendu leur propre standard d’entrées/sorties. Le conflit remonte à la fin de l’année dernière lorsqu’il devenait crucial de déterminer quel format allait succéder à l’architecture PCI, laquelle n’est pas capable de supporter les entrées/sorties des nouvelles générations de processeurs tels que le Merced 64 bits d’Intel. Malgré le consensus général sur l’intérêt d’un nouveau standard I/O, les grands industriels du secteur ont tout d’abord commencé par privilégier leurs intérêts. Ainsi, le numéro un mondial des processeurs Intel soutenait l’initiative Next Generation pour en faire un standard ouvert et renforcer sa présence sur le marché des serveurs, avec le soutien de Dell et NEC. De leur côté, les trois constructeurs Compaq, IBM et Hewlett-Packard tentaient de préserver la différence de leurs produits ainsi que leurs marges financières en soutenant le standard Future, qui apparaît comme plus propriétaire que NGIO.

Annoncée la semaine dernière, la nouvelle organisation System I/O réconciliera les industriels en fusionnant les deux technologies concurrentes. De nouvelles spécifications d’entrées/sorties sont prévues en fin d’année. Elles assureront la compatibilité avec les serveurs conventionnels et amélioreront les communications inter-processeurs dans les configurations en grappe (cluster). Selon l’analyste du Gartner Group Jim Barkan, cette initiative favorisera les performances des serveurs et gommera les risques de confusion. Le consultant explique en outre que “cet accord profitera aux fabricants, particulièrement les constructeurs d’adaptateurs I/O, parce que la plupart auraient fini par adopter les deux standards. Le compromis leur permettra de réduire significativement leurs coûts de développement et de support technique”. Et d’ajouter : “System I/O profitera aux entreprises qui auraient être exposées à des choix confus entre les deux standards. Cependant, l’annonce ne concernera pas les entreprises dans l’immédiat puisque les premiers produits sont attendus pour la fin 2001 ou le début de l’année 2002”.

Pour en savoir plus : http://www.futureio.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur