Une association conteste les prétentions de SCO sur Linux

Cloud

En attendant les grands procès qui établiront si SCO Group détient des droits sur Linux, une association professionnelle américaine a étudié le dossier et affirme qu’il est vide.

Une puissante association professionnelle américaine regroupant plus de 1 000 détaillants, la National Retail Federation (NRF), s’est penchée sur le cas SCO Group et les droits à la propriété intellectuelle qu’il estime détenir sur Linux. L’investigation menée par la NRF a conclu que les allégations de SCO ne sont pas fondées. En particulier, la NRF conteste l’idée que SCO détiendrait le copyright d’Unix System V, un des noyaux Linux les plus prisés, qui aurait été pillé dans le cadre du développement de Linux. “Novell est la dernière entreprise à être en mesure de prouver légalement qu’elle détient des droits sur Unix System V”, explique la NRF dans un communiqué. De fait, s’il est incontestable que SCO a acquis auprès de Novell certains droits à la propriété intellectuelle sur Unix System V, il reste à déterminer avec précision lesquels. En particulier, Novell affirme toujours détenir les copyrights, ce que SCO conteste devant les tribunaux (voir édition du 2 juin 2003).

Bien évidemment, la démarche de la NRF a pour but de rassurer ceux qui, parmi ses membres, sont des utilisateurs de Linux, tels que le distributeur d’accessoires pour automobiles AutoZone, qui est poursuivi par SCO (voir édition du 28 avril 2003). De 20 à 25 % d’entre eux ont en effet reçu des lettres menaçantes de l’éditeur, leur enjoignant de souscrire à la licence d’utilisation de Linux qu’il a mise en place l’été dernier (voir édition du 7 août 2003).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur