Une carte à gratter pour payer en ligne

Cloud

Une carte prépayée pour effectuer des achats de faibles montants en ligne. Telle est la fonction de l’EasySmartCodes, développée et commercialisée dès septembre prochain par SEP-Tech. Disponible auprès des points de vente traditionnels comme sous forme packagée, l’EasySmartCodes propose une solution sécurisée et confidentielle pour des achats électroniques limités à 200 francs.

SEP-Tech enrichit sa gamme de produits avec une nouvelle carte destinée aux micropaiements en ligne. Après la SmartCodes (voir édition du 14 mai 2001), voici l’EasySmartCodes. Il s’agit d’une carte à gratter qui, à la manière des cartes prépayées pour les téléphones mobiles, permet d’effectuer des transactions de faibles montants sur Internet. Le principe est simple : pour acheter un article en ligne, l’utilisateur saisit le numéro de série de la carte sur la page dédiée à cet effet, puis il gratte l’un des 25 codes (à usage unique) de l’EasySmartCodes pour le transmettre au site commerçant, lequel émet une requête au serveur d’autorisation qui valide l’achat et débite le montant de la valeur de la carte. Celles-ci seront vendue 50, 100 et 200 francs. Le code, une fois “gratté”, devient bien évidemment inutilisable. L’utilisateur peut vérifier à tout moment le solde de sa carte en se connectant sur un serveur dédié.

Sécurité et anonymat

Cette solution présente l’avantage d’une sécurité optimale pour l’utilisateur – qui évite ainsi de saisir son numéro de carte bancaire ou d’ouvrir un compte de type porte-monnaie électronique chez un prestataire – comme pour l’entreprise commerçante. Celle-ci est en effet sûre d’être payée, sans avoir à identifier le consommateur, puisque le reversement des sommes est assuré par SEP-Tech, qui gère la base de données des cartes et des codes éphémères. SEP Tech prend également en charge les services de distribution dans les points de vente éventuels (buralistes, points presse, etc.). D’autres modes de distribution sont envisageables comme l’accompagnement de magazines ou, tout simplement, l’offre ou la vente directe par l’entreprise à ses employés. 80 % du montant de la carte est reversé au commerçant. Les 20 % restants sont partagés entre SEP-Tech et les éventuels frais liés à la logistique de distribution.

Si cette solution présente l’inconvénient d’avoir à se déplacer physiquement sur un point de vente pour acquérir l’EasySmartCodes, elle a toutes les chances de séduire par sa simplicité d’utilisation. De plus, entre les MP3, les contenus payants (presse), les produits multimédias en tout genre (jeux en ligne, achat de logiciels…), sans oublier les sites pour adultes, le commerce électronique reposant sur les micropaiements pourrait exploser dans les prochains mois. SEP-Tech compte commercialiser 40 000 cartes environ pour une cinquantaine de sites marchands d’ici la fin de l’année. Les premières inscriptions commenceront fin juillet pour une mise en route effective en septembre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur