Une carte PCI pour réparer son PC

Cloud

Solution matérielle de restauration de système sous Windows, PC Protector se distingue de ses concurrents logiciels par sa solution matérielle. Sous la forme d’une carte PCI, PC Protector prend le contrôle du Bios et sauvegarde les données dans des secteurs cachés du disque dur. En cas de plantage, un simple reboot remet le PC d’aplomb.

Dans nombre de cas, restaurer son PC revient, au mieux, à récupérer une image disque du système générée grâce à un logiciel de type DriveImage, PC Restore ou le système de restauration de WindowsMe. Au pire, à réinstaller tout le système après formatage en bonne et due forme des disques durs (histoire d’éradiquer d’éventuels virus). Il existe une solution matérielle qui évite ce genre de manipulation en assurant une restauration intégrale d’une configuration. PC Protector (anciennement Watch Dog II) est une carte PCI plug and play (et même ISA) qui permet de récupérer instantanément la configuration du système ainsi que les données du disque dur à un instant t (sous Windows uniquement). En cas de plantage, il suffit de rebooter le PC.

Livrée avec une disquette pour l’installation du programme de paramétrage de la carte, PC Protector travaille directement au niveau du Bios et assure le lien entre les paramètres de base de l’ordinateur et le système d’exploitation Windows. Ainsi, même en cas de modification du Bios, les paramètres système sont remis à jour par la carte protectrice. Quant aux données personnelles, elles sont enregistrées de manière compressée dans des secteurs “cachés” du disque dur qui apparaissent comme “défectueux” lors d’un scandisk. Ces secteurs cachés occupent au maximum 0,5 % de l’espace de la partition. En cas de défragmentation du disque, le système s’interrompt jusqu’à ce que la protection de la carte soit levée manuellement. Si la restauration peut être automatisée (à chaque démarrage de la machine, par exemple), la sauvegarde à un instant donné est, elle, manuelle et assurée par le responsable informatique. Des mots de passe administrateur et utilisateur protègent l’accès aux paramètres de la carte.

Une bonne protection contre les virus… sauf ceux qui s’attaquent au Bios

Les avantages de ce système sur les offres logicielles sont multiples. Une restauration automatique permet, dans certains cas comme la formation, d’utiliser le PC immédiatement dans de bonnes conditions. En cas d’infection virale, il suffit de restaurer le système dans sa configuration antérieure à l’infection. Et hop !, plus de virus. Sauf si le virus s’attaque au Bios (voir édition du 16 mars 2000) où, dans ce cas, “on ne sait pas trop ce qui se passe”, nous avoue Yves Jouin de CDS, l’importateur pour l’Europe. Enfin, fini les “fdisk” hasardeux, les erreurs de formatage et autres manipulations malencontreuses. “Les SAV qui se sont équipés ont économisé 30 % de leur temps”, estime Yves Jouin. Le produit s’adresse autant aux responsables de formation (où les PC subissent généralement les manipulations les plus “sévères”) qu’aux solutions “publiques” (bornes, automates, etc.). Distribué sur la France par Athena Global Service, PC Protector existe en deux versions. Une version monoboot (environ 600 francs) et multiboot (environ 1 200 francs). Une version 3 doit prochainement arriver avec des fonctions de support réseau.

Pour en savoir plus :

Le site du distributeur

(Article modifié le 29/03/01)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur