Unilend : le prêt de particuliers à entreprises made in France

Cloud
unilend-logo

Unilend.fr est la première plateforme de “lending crowdfunding” française. Sa direction donne son opinion sur le nouveau cadre juridique dédié au financement participatif dévoilé par Fleur Pellerin.

Unilend.fr, première plateforme de prêts de particuliers à entreprises en France, s’est insérée dans les discussions autour du nouveau cadre législatif dédié au crowdfunding présenté par Fleur Pellerin le vendredi 14 février.

Étant donné sa position d’avant-garde sur le sujet, la direction d’Unilend a beaucoup participé aux tables rondes organisées autour des pratiques de financement participatif. La plate-forme est effectivement concernée au premier chef par cet encadrement : un paragraphe entier du texte présenté par le gouvernement concerne les activités de “lending crowdfunding”.

Les banques ne seront plus les seules à pouvoir prêter de l’argent contre intérêts. Particuliers et entreprises pourront faire de même, dans le cadre d’opérations plafonnées à 1 million d’euros. « Permettre l’emprunt aux particuliers jusqu’à une valeur d’un million d’euros est une très bonne chose dans les circonstances économiques actuelles », explique Nicolas Lesur, cofondateur d’Unilend, interrogé par ITespresso.fr.

A l’inverse, les prêteurs se verront limiter à des versements de mille euros par destinataire de manière à répartir équitablement les risques de non-remboursement. Et pour cause : autoriser les prêts en ligne ne restreint pas les marges d’erreur. Il est toujours possible qu’un empruntant se retrouve dans l’incapacité de rembourser ce qu’il doit. Dans cet esprit, les plateformes qui agiraient sur le même secteur qu’Unilend.fr ont l’obligation d’informer les utilisateurs de leurs services de leurs droits et devoirs en matière de prêts.

Pour Unilend, ces différentes réglementations ne vont pas imposer de grands changements sur la plateforme. « Il y aura peut-être quelques changements à apporter pour se conformer parfaitement au nouveau cadre juridique. Cependant, dans l’ensemble, Unilend faisait déjà preuve de transparence et avertissait les utilisateurs», déclare Nicolas Lesur. Avant de conclure : « Ce cadre juridique est une bonne première étape. Il s’agit là de l’aboutissement de longs mois de discussions sur le sujet, qui, je l’espère, ne s’arrêteront pas là pour que l’encadrement du crowdfunding puisse continuer de s’améliorer. Je reste par exemple très dubitatif quant à l’interdiction pour les personnes morales d’effectuer des prêts par ce type de plateformes. »

Depuis son lancement le 12 novembre 2013 par Nicolas Lesur et François Prioux, la plateforme française de “lending crowdfunding” Unilend a pu aider au financement de 10 entreprises pour un total de 660 000 euros grâce à 900 prêteurs. Sur sa première année d’exercice, la société espère générer près de 12 millions d’euros de financement et 150 millions en trois ans.

Vidéo de présentation de la plateforme Unilend.fr

Quiz : Connaissez-vous le crowdfunding ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur