Usages numériques : les internautes favorisent le streaming via YouTube

Régulations
hadopi-consommation-numerique-opinionway-etude

Dans une étude Hadopi, la consommation numérique des internautes est décryptée. L’usage du streaming dépasse largement le recours au téléchargement.

Quand la Hadopi parle “carnets de consommation”…En fait, c’est un indicateur de mesure  issue de la grande consommation. Mais, cette fois-ci, il est adapté aux usages du numérique.

Sur une semaine, un échantillon de 4740  internautes a transmis à l’institut OpinionWay le volume journalier de biens culturels consommés sur Internet (musique, films, séries, jeux vidéo, et livres/BD dématérialisée).

Les données ont servi à alimenter une étude pour le compte de l’organisme de lutte antipiratage.

Il n’est guère surprenant que le streaming se détache : 84% des consommateurs y ont recours (contre 49% pour le téléchargement).

La musique est de loin le bien culturel le plus consommé (plus de 23 titres par semaine et par consommateur, soit plus de 60 000 titres).

Les films, les séries, les livres et les jeux vidéo sont consommés dans des proportions comparables entre elles : entre 2,4 et 5,7 biens par semaine et par consommateur, peut-on lire dans le rapport de synthèse de la Hadopi.

Au total sur la semaine, 64 308 oeuvres ont été visionnées en streaming et 15 578 téléchargées.

Petit distinguo entre la musique et le film : la consommation de musique est significativement licite, gratuite, et majoritairement sur YouTube (en streaming comme en téléchargement).

Pour les films, c’est plus nuancé. En streaming, la consommation de film se fait presque autant de façon licite que de façon illicite. En téléchargement, les pratiques sont majoritairement illicites.

Mais, quel que soit l’usage du streaming, YouTube est prédominant. Néanmoins, le recours à la technique du ripping (télécharger des contenus diffusés en streaming en particulier sur la plateforme vidéos de Google) trouble un peu l’état des lieux.

Associée à OpinionWay, la Hadopi en ressort trois profils de consommation par usage : la musique (“massif, gratuit, a priori licite”), films et séries (“moins intense et plus disparate (…) Nettement portées vers les contenus internationaux, les pratiques sont significativement illicites”) et les livres et jeux vidéo (“public beaucoup plus restreint, recouvrant des pratiques mixtes”).

————————

Quiz : Connaissez-vous les plateformes de musique en ligne ?

———————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur