USB 2.0 : les hésitations de Microsoft sèment le trouble

Cloud

Pas de support natif de l’USB 2.0 dans Windows XP mais uniquement des pilotes “externes”. Du côté des constructeurs on attend avec impatience l’arrivée de l’interface de connexion, tout en restant très prudent sur les dates.

L’annonce en a refroidi plus d’un : en avril dernier, Microsoft admet que Windows XP ne prendra pas en charge l’USB 2.0 (voir édition du 11 avril 2001). Pourtant, les constructeurs semblaient attendre avec impatience cette norme de connexion de périphériques qui promet des vitesses de transfert impressionnantes : 60 Mo/s contre 1,5 Mo/s pour l’USB actuel, le 1.1. Seulement pour compliquer le tout, entre l’USB 1.1 et l’USB 2.0 est venu s’intercaler le protocole IEEE 1394 (appelé FireWire par Apple et iLink par Sony) qui offre lui une bande passante de 12,5 à 50 Mo/s. Or, Windows XP intègre le support du FireWire.

Nicolas Coudière chef des produits Windows en France tient à rappeler que Microsoft “ne se désengage pas”. “Contrairement à Bluetooth, on n’avait jamais dit qu’on inclurait l’USB 2.0 dans XP” souligne-t-il, “à l’heure actuelle aucun périphérique n’existe, il n’y a que 2 cartes d’interface, on ne peut rien tester.” Le responsable Windows assure que Microsoft continue à travailler sur la norme. Il admet qu’un support intégré nativement permet aux constructeurs de périphériques de délivrer des drivers “plus légers” et que cela “fonctionne mieux”, un support par l’ajout de pilotes présentant “plus de risques d’erreurs”.

Iomega déçu“Nous avons été fort déçus par l’annonce de Microsoft” explique Laurent Eymard, chef de produit software chez Iomega, “elle était de nature à nous pousser à ne pas lancer les produits” assure-t-il. La marque est présente sur le marché des Mac, elle propose à la fois des produits USB et FireWire, “l’USB 2.0 est prévu dans notre roadmap explique Laurent Eymard, “on attend désespérément les drivers Microsoft et que les constructeurs implémentent les chipsets ajoute-t-il. Iomega vient de sortir un graveur externe “évolutif” dont on peut changer l’interface de connexion : USB 1.1 ou IEEE 1394 au choix, selon les situations. Baptisé “Predator” la différence de performances en fonction de l’interface est saisissante : 4x4x6 en USB 1.1 contre 8x4x32 en IEEE 1394. Iomega proposera aussi un adaptateur USB 2.0 qui permettra les même performance qu’en FireWire et attend avec impatience de pouvoir le faire. “Sur l’USB 2.0 nous souhaiterions être les premiers, mais cela ne sert à rien s’il n’y a pas de ventes derrière” glisse Laurent Eymard.

Epson fera avec… ou sans Microsoft

Etre les premiers semble le mot d’ordre. Arnaud Pezeron, chef de produit réseau et connexion chez Epson, le concède sans détour : “c’est notre objectif” lâche-t-il, “C’est une question d’image. Nous nous devons de proposer les produits les plus performants possible, qu’il s’agisse des imprimantes ou des scanners la connexion est cruciale.” Epson se targue d’ailleurs d’avoir sorti la première imprimante en USB et la première en FireWire. L’annonce de Microsoft d’absence de support natif de l’USB 2.0 dans Windows XP change-t-elle vraiment quelque chose ? “La différence se joue au niveau des utilisateurs”, estime Arnaud Pezeron, “c’est plus simple quand c’est en natif, mais de toutes façons nous fournissons des pilotes spécifiques.”“Notre position est simple : proposer toutes les connexions” explique Arnaud Pezeron, “on va donc supporter l’USB 2.0, certainement en option avant de l’intégrer.” Chez Canon, la situation est différente, la marque ne propose pas de produit compatible FireWire. Prudence sur le sujet qualifié de “stratégique et délicat” par Pierre Emmanuel Nollet, chef de produit à Canon France. “Il n’y a rien de définitif en matière de choix d’interface” assure-t-il en ajoutant “wait and see”.

La partie logicielle est indispensable… tout comme la partie matérielle. Tout va s’accélérer avec l’arrivée des premières cartes mères intégrant l’interface USB 2.0 et des premiers ordinateurs équipés. Les fabricants sont très peu diserts sur le sujet. “On est en train d’évaluer l’USB 2.0” répond-on du côté de Gateway qui ne prévoit pas de machine “avant 2002” tout précisant bien “il ne s’agit pas pour autant d’une décision définitive”. Chez Hewlett Packard, qu’il s’agisse des PC ou des périphériques, “il est trop tôt pour en parler”. Le discours semble le même partout.

Au final rien n’est joué. Support ou pas, de toutes façons les périphériques USB 2.0 pourront être supportés par Windows XP. Pour ce qui est des dates d’arrivée, même si 2002 est souvent cité, on sent bien que cela piaffe d’impatience. Mais même une fois les produits USB 2.0 sur le marché, il faudra encore que la norme s’impose. “Pour le FireWire on pensait que cela serait beaucoup plus rapide” explique Arnaud Pezeron, “la réaction des consommateurs a été mitigée, peut-être que le prix reste dissuasif”. Entre le FireWire poussé par Apple et l’USB 2.0 soutenu par Intel va se jouer ce qu’il qualifie de “guerre d’influence”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur