V. Bonneau (Idate) : “Après le retrait de Microsoft, la situation de Yahoo reste inconfortable”

Mobilité

Le consultant de l’institut en charge d’études sur les télécoms revient sur le dernier épisode de la bataille opposant les deux groupes Internet.

Spécialiste des stratégies des grands groupes Internet pour le compte de l’Idate, Vincent Bonneau revient sur le dénouement de la bataille Microsoft-Yahoo. Le 3 mai, Microsoft a officiellement annoncé le retrait de son offre d’acquisition de Yahoo. Selon le représentant de l’institut en charge d’études sur les télécoms et la convergence, la perspective d’une recomposition des marchés des portails Internet et de la publicité en ligne reste floue. Une seule certitude : Yahoo doit encore prouver le bien-fondé de sa position et se mobiliser pour rebondir.

Vnunet.fr : comment analysez-vous la situation ? Microsoft perdant, Yahoo gagnant ?
Vincent Bonneau : A l’instant T, Microsoft perd du terrain mais je ne suis pas sûr que la bataille soit finie. On observe des prises de positions différentes au sein du conseil d’administration de Yahoo mais aussi au niveau des actionnaires du groupe Internet. Et je ne suis pas sûr qu’un autre repreneur se profile pour Yahoo. Entre les intentions de Google, de Rupert Murdoch [propriétaire de MySpace via News Corp, ndlr] et d’AOL/Time Warner, cela reste une énigme. Yahoo reste dans une position inconfortable : il n’est jamais numéro un dans un secteur donné. L’accord Yahoo-Microsoft semblait le plus simple. Certes, on aurait observé des problèmes organisationnels mais, d’un point de vue industriel, l’accord avait du sens. Ce dénouement avec le retrait de Microsoft est étonnant et les challenges que Yahoo doit affronter restent énormes car il ne dispose pas de position de référent. Par exemple, en France, en termes d’audience sur le marché des portails d’information, Yahoo News a été rattrapé par LeFigaro.fr. La déstructuration de certains format d’information comme les fils RSS ne l’avantagent pas forcément.

Vnunet.fr : Du coup, Google est-il le vrai gagnant de ce duel ? Il va remporter la mise ?
Vincent Bonneau : C’est loin d’être gagné. Comment Yahoo va-t-il expliquer aux équipes de feu Overture (précurseur du business des liens sponsorisés sur un moteur de recherche, propriété de Yahoo depuis juillet 2003) qu’il faut maintenant compter sur le concurrent Google alors qu’elles se sont démenées pour expliquer au marché qu’il existe une alternative sur le marché. Je ne crois pas à un rapprochement pur et simple entre Yahoo et Google pour des raisons de risque de position dominante. Mais, même un rapprochement stratégique avec Google n’est pas une garantie pour Yahoo qui veut sauver son indépendance.

Vnunet.fr : Peut-on s’attendre à des secousses sismiques secondaires après ce duel ?
Vincent Bonneau : L’horizon n’est pas claire à deux titres. Primo, dans quelle mesure News Corp/MySpace va se lancer dans la bataille ? Secundo, dans des zones comme les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest, quelle est la place accordée à l’ascension de Facebook ? Le marché de la publicité pourrait se déplacer. Au cours des trois derniers mois, j’ai fait plusieurs voyages aux Etats-Unis. Facebook reste le site par rapport auquel on se définit. Les profils déposés sur la plate-forme communautaire et professionnels sont plus intéressants et pertinents pour les annonceurs que ceux laissés sur MySpace. Du coup, on pourrait s’orienter vers des alliances stratégiques entre les grands portails plutôt que de laisser le marché de la publicité en ligne se fragmenter.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur