Vente aux enchères ratée

Cloud
Information - news

Tous les noms de domaine ne déchaînent pas forcément la fièvre acheteuse. La preuve, une récente vente aux enchères s’est soldée par un cuisant échec.

Ces derniers temps, les prix de certains noms de domaine en .com s’étaient littéralement envolés pour atteindre des sommets qui dépassent l’entendement. On se souvient, par exemple, des 7,5 millions de dollars (plus de 45 millions de francs) déboursés par la société eCompanies pour racheter business.com(voir notre édition du 1er décembre 1999). Pensant sûrement profiter d’une nouvelle mode, le courtier en nom de domaine DomainRace avait organisé mardi dernier une grande vente aux enchères sur le site AfterNic, spécialiste du genre. Etaient proposés des noms aussi prometteurs que woman.com, airline.com ou encore jeans.com. Sûrs de leur coup, les deux associés avaient limité la durée de la vente à 24 heures et instauré des prix de réserve très élevés : entre 250 000 et 500 000 dollars !

Le moins que l’on puisse dire c’est que la mayonnaise n’a pas pris. Aucune enchère n’a atteint ce fameux prix de réserve, qui joue le rôle de prix minimum en deçà duquel la transaction ne peut avoir lieu. Selon un représentant de DomainRace, “une vente aux enchères de 24 heures était largement suffisante pour attiser l’intérêt mais le lieu de rendez-vous n’était peut-être pas suffisamment confortable pour les acheteurs sérieux”.

Ce qui signifie donc que ce n’est que partie remise. Pour les utilisateurs plus modestes que nous sommes, il est bon de rappeler qu’à l’achat, un nom de domaine ne coûte que 35 dollars par an (soit un peu plus de 200 francs). Et il existe même des sites qui permettent l’utilisation gratuite de noms de domaine .com aux internautes, tel Talk.com ou, en France, Populis.com. A condition d’accepter d’en partager l’usage il est vrai…

Pour en savoir plus :

* Afternic

* DomainRace

* Populis


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur