Vente de disques : la musique numérique représente 5% du marché

Mobilité

Dans le bilan semestriel du Snep, les ventes physiques poursuivent leur
déclin face à un marché numérique qui peine à émerger.

Les ventes de disques en France ont encore décliné au cours du premier semestre 2006. Selon les chiffres annoncés vendredi 15 septembre par le Snep (syndicat national des éditeurs de phonogrammes), avec 46,5 millions de références vendues contre 61,5 au premier semestre 2005, le secteur accuse une baisse en volume de 24,4 %.

En valeur, la chute se limite à 11,3 % avec un chiffre d’affaires de 353 millions d’euros contre 397,8 un an plus tôt à la même période. Il s’agit du quatrième semestre consécutif en baisse. Depuis 2002, où le premier semestre affichait un chiffre d’affaires de 577 millions d’euros, le marché a perdu près de 40 % de sa valeur, soit 224 millions d’euros.

Si les ventes physiques de disque s’effritent inexorablement (-45 millions d’euros), la distribution de la musique numérique progresse en revanche. Mais celle-ci ne compense pas pour autant les pertes dans les circuits traditionnels de vente (+ 9 millions d’euros).

Sur le premier semestre 2006, les revenus en la matière ont représenté plus de 20,2 millions d’euros sur la période concernée (+79% en un an). Ce qui représente une embellie de 9 millions d’euros en termes de chiffre d’affaires. “Un quasi quadruplement par rapport au premier semestre 2004”, note le Snep.

Le téléphone mobile, principal canal de vente numérique

Au total, le marché de la musique numérique représente 5 % du marché musical français (contre 3 % en 2005 et 1 % en 2004). Le segment des téléchargements de fichiers musicaux représente 36% du CA de la musique numérique. Les consommateurs favorisent l’approche du téléchargement de titres individuels : 65 % des ventes de fichiers contre 35 % pour les albums complets.

Mais la téléphonie mobile reste le support privilégié pour écouler de la musique numérique même si son influence tend à diminuer. Ce type de consommation représente 64 % du CA semestriel de la musique numérique (20,2 millions d’euros de chiffre d’affaires). En 2004, il représentait 86 % des ventes globales numériques.

Le Snep pousse un peu plus loin l’analyse par type de services mobiles. Les détenteurs de mobiles consomment essentiellement des sonneries musicales (67 %) et autres contenus comme des logos, vidéo, etc (23%). Le téléchargement intgéral de titres musicaux ne représente que 10 % des ventes numérique sur mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur