Vente de Télé2 France : la maison mère rejette l’offre de Neuf Cegetel

Mobilité

Les 300 millions d’euros proposés pour la reprise de Télé2 France sont jugés
insuffisants par l’opérateur suédois.

Selon La Tribune (2 août 2006), le groupe de communication Tele2 AB aurait rejeté l’offre de Neuf Cegetel pour la reprise de la filiale française. Neuf Cegetel avait proposé 300 millions d’euros pour la reprise de l’activité de téléphonie fixe et Internet de la filiale française. En tant que fournisseur du réseau ADSL de Télé2 France, le groupe détenu par SFR et Louis Dreyfus se plaçait comme le candidat naturel. Son offre aurait été jugée insuffisante par la maison mère suédoise qui espère tirer 400 millions d’euros de l’opération.

Pourtant, les résultats financiers publiés hier, mardi 1er août 2006, par le groupe suédois ne le placent pas en position de force. Malgré un chiffre d’affaires au deuxième trimestre 2006 en augmentation de 12 % à 13,5 milliards de Couronnes (1,45 milliard d’euro environ), le groupe a reconnu avoir perdu plus de 700 000 clients en téléphonie fixe sur les 16 millions de lignes détenues. “Dont une grande partie issue de France où nous sommes confrontés à l’intense compétition du candidat sortant [France Télécom, ndlr], ainsi qu’à la compétitivité poussée sur le marché du haut débit”, a commenté Lars-Johan Jarnheimer, PDG de Tele2 AB.

Télé2 France compterait 3,5 millions d’abonnés au téléphone fixe et seulement 200 000 abonnés au réseau ADSL. En revanche, avec 300 000 abonnés au service mobile, Télé2 France se positionne comme le leader des opérateurs virtuels (MVNO) de téléphonie mobile dans l’hexagone. Mais la branche mobile, générateur de croissance pour l’opérateur suédois, n’est pas à vendre.

Parmi les candidats restants, SFR ne serait plus intéressé par la reprise de l’opérateur français et Iliad (Free) lorgnerait du côté d’AOL (dont le revenu moyen par abonné serait plus élevé que celui de Télé2 France), toujours selon le quotidien économique. Télécom Italia (qui exploite Alice et a racheté Tiscali l’année dernière, voir édition du 5 avril 2005) s’affiche donc comme le dernier candidat crédible. Mais l’opérateur transalpin aura-t-il les moyens d’une nouvelle acquisition face à sa dette de 41,3 milliards d’euros? La clôture du dossier de la vente de Télé2 France doit se finaliser avant la fin du mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur