Vente de meubles design sur le Net : Miliboo vise la Bourse

BourseE-commerceEntrepriseMarketing
miliboo-introduction-bourse
2 1

La marque digitale d’ameublement Miliboo voudrait monter en Bourse via Alternext pour lever jusqu’à 10 millions d’euros.

10 ans après sa création, Miliboo veut effectuer son entrée en Bourse sur Alternext Paris. Un document de base vient d’être enregistré dans ce sens auprès de l’AMF.

Créée en 2005 par Guillaume Lachenal et Aline Buscemi, la société e-commerce conçoit et distribue des meubles « tendance » et des collections exclusives « design » : 2500 références commercialisées en marque propre, 80 usines partenaires, base de 190 000 clients.

Basée à Chavanod (Haute-Savoie) avec un entrepôt de stockage à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Miliboo est une société d’une cinquantaine de personnes réalisant 85% de son activité en France.

Mais le site marchand couvre sept pays d’Europe : Espagne, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Suisse, Belgique et Luxembourg. La société dispose également d’une filiale en Chine.

Le chiffre d’affaires 2014/2015 (l’exercice est clôturé fin avril ) s’élève à 14,2 millions d’euros, en hausse de 38% par rapport à l’année précédente qui était « rentable ». Le résultat d’exploitation se situe à – 700 000 euros.

La société génère 84% de son CA directement avec son site Internet marchand (le reste étant réalisé sur des places de marché comme celles de La Redoute ou Rue du Commerce).

Mais, pour le dernier exercice, Miliboo a généré une légère perte d’un peu moins d’un million d’euros, « directement liée au renforcement des structures » (notamment l’ouverture à Paris de la boutique à Paris Milibootik et le déménagement du siège social).

L’endettement net se situe à un niveau similaire (0,9 million d’euros).

Qui détient Miliboo.com ? Les fondateurs Guillaume Lachenal et Aline Buscemi détiennent 33,86% du capital puis on trouve derrière des fonds d’investissement comme Auriga Partners (42,86%), SIGMA Gestion (12,76%) et Naxicap Partners (9,86%).

Selon Le Figaro, la société chercherait à lever entre 7 à 10 millions d’euros sur Alternext. L’introduction en Bourse pourrait survenir d’ici la fin de l’année si les « conditions de marché son favorables » selon l’expression consacrée.

Et on peut sérieusement se poser la question si c’est judicieux au regard des reports d’introduction en Bourse annoncés par Deezer et par Oberthur Technologies.

Mais Miliboo.com pourrait être tenté de suivre les traces de Showroomprivé, qui a passé le cap.

La société e-commerce, qui surfe sur le marché de la vente de meubles sur Internet (1,7 milliard d’euros en France de source FEVAD) souhaiterait accentuer son business au niveau international : Europe (en attaquant notament le Royaume-Uni) mais aussi un lancement test aux Etats-Unis.

Le concept de boutique connectée pourrait être dupliqué « sur des villes très ciblées ». En termes d’innovations technologiques, Miliboo prévoit le lancement de la gamme de meubles connectés l’an prochain.

Un piratage informatique surgit du document AMF

Dans les litiges signalés dans le document de base, signalons un piratage de son système informatique de comptabilité survenu dans le courant de l’été.

« Un virement de 412 500 euros a été initié à l’insu de la société. Cependant grâce à la réaction rapide des équipes, les sommes ont pu être bloquées par le Fonds Unique Interministériel dans une banque en Lettonie sur un compte séquestré par la justice. »

Miliboo assure que les sommes pourraient être récupérées dans un délai estimé à 12-24 mois, sur fond de procédure judiciaire initiée entre la France et la Lettonie pour « fraude informatique ».

Un autre litige de moindre importance apparaît pour contrefaçon d’un modèle de fauteuil. Le dossier est dans les mains du tribunal de grande instance de Lyon. Mais ce litige serait en cours de traitement amiable.

La société a d’ores et déjà provisionné 35 000 euros pour anticiper d’éventuels versement d’indemnités.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur