VeriSign bien placé pour conserver la gestion du .net

Mobilité

Dans l’étude de performances des cinq prétendants à la supervision du .net, l’actuel gestionnaire VeriSign se distingue. Des négociations avec l’Icann débutent en vue d’un “accord acceptable”.

VeriSign est bien parti pour rempiler. L’actuel gestionnaire du .net arrive en première position dans le classement des performances des cinq prétendants à la supervision de ce domaine. A la demande de l’Icann, Telcordia Technologies, société spécialisée dans la fourniture de services IP et de logiciels de télécommunications, a monté une grille d’évaluation des différentes sociétés ayant répondu à l’appel d’offres.

Résultat : VeriSign sort vainqueur de la compétition, avec une “légère avance” par rapport à son challenger Sentan. Les autres sociétés en lice Denic Domain, Core++ et Affilias Limited – sont largement devancées si l’on en croît le classement final. L’Icann va débuter des négociations avec VeriSign pour définir un accord “acceptable” pour les deux parties. L’actuel contrat de VeriSign expire le 30 juin 2005 (voir édition du 14/03/2005).

Dans son rapport complet, Telcordia précise que Sentan et VeriSign disposent chacun de leur côté d’une organisation éprouvée avec des processus “qualité” approfondis. “S’il s’est avéré qu’il n’existe aucun risque de transition en attribuant le .net à VeriSign, nous observons toutefois que Sendan a fourni des documents de planification approfondis et a commandé ou installé l’accès réseau et le système d’information adéquats pour assurer la supervision du domaine”, précise Telcordia dans ses recommandations. “Les risques seraient minimes en cas d’attribution du .net à Sentan“, considère la société high-tech qui a pris en charge cette évaluation.

Des failles critiques de sécurité chez les trois autres postulants

Aux yeux de Telcordia, les autres prétendants montraient des failles plus palpables, malgré l’expérience d’Afilias qui gère en parallèle les domaines .net et .info. Pour Core ++, les risques étaient plus élevées car cette structure n’est pas encore créée. Quant au registry allemand Denic Domain qui gère le .de, il a été déclassé pour avoir failli sur un critère de haute priorité en lien avec la stabilité et la sécurité des systèmes Internet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur