Veritas rachète un spécialiste de la virtualisation

Cloud

Domaine émergent et prometteur, l’informatique à la demande requiert des compétences en matière de virtualisation. D’où la tendance chez ceux qui, comme Veritas, se positionnent sur ce créneau à racheter des start-up spécialistes de la virtualisation.

Editeur de logiciels de gestion du stockage, Veritas étend peu à peu son domaine d’intervention aux solutions d’administration de l’ensemble des infrastructures informatiques des entreprises et de gestion des applications. Ce faisant, Veritas s’insère dans la mouvance de l’informatique à la demande, laquelle vise à allouer et à facturer la puissance de calcul, les ressources de stockage et les applications elles-mêmes en fonction des besoins des entreprises. Cette extension des compétences de Veritas passe par une stratégie d’acquisition, se traduisant aujourd’hui par le rachat pour 59 millions de dollars, au comptant, d’une start-up créée en 1999, Ejasent. Rachat qui a été précédé il y a juste un an par deux autres acquisitions, Jareva Technologies et Precise Software Solutions, pour un montant total de 599 millions de dollars (voir édition du 23 décembre 2002). Avec Ejasent, qui compte seulement 21 employés, Veritas se dote de compétences pointues dans le domaine de la virtualisation, qui est une des clés de l’informatique à la demande. Celle-ci passe en effet par une réorganisation physique et logique des ressources informatiques afin que les solutions d’administration puissent optimiser dynamiquement l’utilisation de ces ressources, réaffecter à la volée celles qui sont sous-utilisées, insérer automatiquement un serveur supplémentaire dans une ferme de serveurs…

La chasse aux start-up est ouverte

C’est précisément ce que permet de faire l’un des deux produits conçus par Ejasent, Upscale, qui introduit un niveau d’abstraction entre les applications et les serveurs qui les exécutent. L’autre, nommé MicroMeasure, fournit des métriques sur l’exécution des applications et l’utilisation des ressources ; il permet également de facturer la consommation de telle ou telle ressource. Ces produits ou les technologies qu’ils mettent en oeuvre seront insérés dans l’offre de Veritas d’ici un an ou deux. En attendant, ils continueront d’être commercialisés en tant que tels. Les entreprises compétentes en matière de virtualisation sont très convoitées ces temps-ci. Rappelons qu’il y a quelques semaines, un des principaux fournisseurs d’équipements de stockage, EMC – qui a comme Veritas des ambitions du côté de l’informatique à la demande – annonçait de même le rachat d’un spécialiste de ce domaine, VMware (voir édition du 30 décembre 2003). Très probablement, dans les mois à venir, d’autres acquisitions interviendront dans ce secteur, même si l’année écoulée a déjà été très intense de ce point de vue, Sun Microsystems rachetant CenterRun, Pirus Networks et TerraSpring, et IBM, ThinkDynamics.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur