Verold : une troisième dimension dans le cloud de Box

CloudEntrepriseFusions-acquisitionsStart-up
box-verold

Box va intégrer, dans sa plate-forme collaborative de stockage en ligne, les technologies de visualisation et d’édition de fichiers 3D issues du rachat de Verold.

Box poursuit ses emplettes dans l’écosystème IT canadien.

Après avoir mis la main, voici quelques semaines, sur Airpost et ses technologies de gestion des services cloud, le spécialiste américain du stockage en ligne s’offre une deuxième start-up basée à Toronto. Son nom : Verold. Sa proposition de valeur : un outil de visualisation et d’édition de fichiers 3D.

En intégrant cet ensemble sur sa propre plate-forme, Box va pouvoir établir des jonctions avec plusieurs marchés verticaux parmi lesquels la vente au détail, l’ingénierie et l’industrie du divertissement… Mais aussi la communauté scientifique et les « makers ».

Basée sur l’alliance d’OpenGL ES 2.0 et de HTML5 (à travers la bibliothèque three.js), l’offre de Verold est conçue à l’origine pour intégrer des animations 3D sur des pages Web. Prenant en charge les formats de fichiers FBX, OBJ, PLY, STL et Collada, elle est accessible aux développeurs via plusieurs API.

La partie éditeur (Verold Studio) est liée à une plate-forme communautaire sur laquelle on peut trouver divers supports de travail, qu’il s’agisse de filtres ou de textures.

C’est sur cette plate-forme que doivent être publiés les projets réalisés avec la formule gratuite de Verold. Le mode privé n’est activé qu’à partir de la version Pro (10 dollars par mois). A noter qu’il existe un palier « Commercial » à partir de 30 dollars par mois (les tarifs varient selon le nombre de vues) qui permet de personnaliser la visionneuse 3D et de proposer le service en marque blanche.

Fondé et 2010 et dirigé depuis lors par Ross McKegney, Verold a enregistré le soutien – à hauteur de 1,6 million de dollars ; source CrunchBase – de quelques fonds d’investissement locaux et de business angels comme Daniel Langlois, fondateur de SoftImage (racheté en 2008 par Autodesk pour 35 millions de dollars).

Son offre est exploitée dans le cadre de campagnes publicitaires interactives, de cours en ligne à destination des enfants ou encore de projets de visualisation de données. Amazon l’utilise aussi pour faire la démonstration de certains produits comme l’assistant virtuel Echo.

La diversité de ce portefeuille d’utilisateurs ouvre d’autant plus de perspectives pour Box en lien avec son initiatives Box For Industries lancée à l’automne dernier et qui consiste à s’entourer d’un réseau de partenaires pour développer des outils sur mesure à l’attention des différents marchés verticaux.

Crédit image : dabodabo – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur