Vers un MiniPod ?

Mobilité

Un iPod à moins de 100 euros ? Possible dès le mois prochain. La rumeur le veut en tout cas. Mais cette prouesse est-elle possible d’un point de vue technologique et commercial ?

“Nous adorerions avoir un iPod à 100 dollars. Nous ne savons simplement pas comment en faire un à l’heure actuelle. Nous essayons constamment à faire des iPod moins chers”, indiquait Steve Jobs à nos confrères de Newsweek à la mi-octobre dernier. Pour bouleverser encore plus le marché du MP3 (voir édition du 22 janvier 2002) ? De quoi jeter le trouble dans la communauté Mac. Mais les fanatiques d’Apple ont toujours un oeil sur les technologies susceptibles d’être utilisées par leur firme fétiche. Et les sites de rumeurs disposent de grandes oreilles qui leur rapportent un nombre aléatoire d’indiscrétions. Dernière en date, le lancement d’un MiniiPod en janvier prochain, à l’occasion du salon MacWorld de San Francisco. Ce Lilliput est pressenti depuis fort longtemps : en fait, depuis le retrait du modèle 5 Go du lecteur numérique d’Apple. Des analystes avaient alors diagnostiqué qu’il manquait à Apple un modèle à moins de 100 dollars (moins de 115 euros TTC en Europe, risques de change compris) destiné à être vendu comme des petits pains. En fait, la fièvre acheteuse qui s’est abattue sur le monde entier pour ce type de gadget numérique semble s’être focalisée sur l’iPod. Si les revendeurs français disposent encore de stocks de l’appareil, dans les pays anglo-saxon, la liste d’attente s’allonge. Dans les grands magasins parisiens, à l’heure du repas, les demandes concernant l’iPod ne s’arrêtaient pas dans le courant de la semaine dernière. A la Fnac des Ternes, les vendeurs du rayon des baladeurs MP3 accueillaient les clients jeudi 18 décembre en répondant d’abord à une foule de questions concernant l’iPod, puis en redirigeant ces acheteurs potentiels vers d’autres lecteurs MP3 censés disposer de fonctions supplémentaires à celles de l’iPod. Comme le stockage de fichiers ou films, ainsi que l’enregistrement de sources sonores. Un argumentaire souvent biaisés, qui avait pour effet d’allonger le délai de réflexion d’achat de la clientèle, tout autant qu’elle lui ouvrait les yeux sur d’autres produits comme ceux d’Archos. Dans cet exemple plus ou moins emblématique, le différentiel de prix faisait le reste.

Marché des périphériques portables en pleine expansion

Alors que les ventes de musique en ligne de l’iTunes Music Store s’accélèrent (voir édition du 17 décembre 2003), la rumeur d’une version revue de l’iPod incorporant un disque dur de 2, 3 ou 4 Go s’inscrit dans une vague de ferveur pour une solution “bout en bout” de gestion de la musique. Clé du système, le baladeur sur disque dur (voir édition du 26 octobre 2001), s’avère le levier des ventes de musiques. Il faut dire que la production de disques durs de faible capacités destinés à alimenter ce marché et le marché de périphériques portables d’une manière plus générale est en pleine expansion. Et que leurs prix tombent. Les prévisions tablent sur une croissance exponentielle d’ici à 2008 : en 2003, le cabinet de recherche Coughlin Associates prévoit 3,3 millions de disques durs vendus, contre 23,7 millions dans 5 ans. Appleinsider indique que deux modèles d’iPod à 2 et 4 Go seraient en expérimentation dans les laboratoires de Cupertino. Think Secret de son côté prévoit que la prochaine exposition MacWorld verra essentiellement le lancement de produits tournant autour du style de vie numérique. Les prix des disques durs pour ces capacités sont tombés drastiquement ces derniers temps. Il se dit que Toshiba, l’un des producteurs, serait en mesure de les fournir en volumes à des prix permettant de préserver une marge confortable. Reste la côté commercial : la sortie d’un petit iPod s’avère problématique vis à vis des utilisateurs des premiers iPod. Pour cette raison, les sites de rumeur pensent qu’une version allégée pourrait voir le jour. Ces on-dit ont déjà suscité des maquettes de petits baladeurs ressemblant à l’iPod, comme sur les forums d’AppleInsider. La sortie d’un tel lecteur est susceptible de faire rebondir l’intérêt du marché pour Apple : l’iPod n’est plus seulement considéré comme un produit facile d’utilisation, il est désormais considéré comme un produit fétiche (voir édition du 18 décembre 2003). Alors que la concurrence tente désespérément de copier son modèle économique, Apple peut-elle se permettre de ne pas commercialiser un iPod de ce type ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur