Vers un Wi-Fi à 125 Mbits/s ?

Mobilité

Broadband propose des composants capables de supporter des débits théoriques de 125 Mbits/s en Wi-Fi. Un protocole non validé par l’IEEE.

Les constructeurs nous referont-ils le coup du 802.11b+ ? Pour mémoire, ce protocole “sauvage” se présentait comme une extension du 802.11b pour en doubler les performances selon des protocoles plus ou moins propriétaires. Il semblerait que l’Histoire se répète avec le 802.11g. A peine ce protocole, qui offre des débits théoriques de 54 Mbits/s sur la bande de fréquence des 2,4 GHz, a-t-il été validé par l’IEEE (voir édition du 16 juin 2003) que le constructeur Broadband annonce des circuits logiques 54g MaxPerformance.

Compatibles avec le réseau 802.11g, ces puces dotées de la technologie AfterBurner permettraient d’atteindre des débits théoriques de 125 mbits/s, dépassant ainsi le record des 108 Mbits/s jusqu’alors détenu par Atheros et son Super G. La société Buffalo Technology a présenté un routeur câble/DSL Wi-Fi à l’occasion du CES 2004 (Consumer Electronics Show, Las Vegas, 8 – 11 janvier 2004) doté des puces AfterBurner. Le WHR2-G54 devrait débarquer sur le marché américain à 200 dollars environ.

Broadband explique ce gain de performances par la réduction du temps de synchronisation entre les paquets de données en ne sélectionnant qu’un seul canal de transmission contre deux dans le cas d’Atheros, source d’interférences et donc de baisse de performances. Reste que seuls les appareils équipés des puces AfterBurner seront compatibles entre eux et prétendront à des performances supérieures à ce qu’offre le 802.11g. Ce qui ne devrait pas trop poser de problème puisque Broadband fournit des constructeurs comme Belkin, Linksys ou Motorola.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur