Vers une solution d’entreprise convenable sur Mac ?

Cloud

Le Xserve semble gagner du terrain aux Etats-Unis où les premiers revendeurs Sun et IBM ont adopté la machine dans leurs gammes. Mais si la mayonnaise prend, un cocktail explosif est en préparation : le Xserve pourrait bientôt tourner sous Mac OS X v10.2 serveur, être secondé par le RAID Xserve, faire tourner Oracle et WebObjects. De quoi impressionner la concurrence ?

Des petits ruisseaux naissent les grandes rivières, dit le proverbe. Avec le Xserve (voir édition du 15 mai 2002), Apple semble partie dans cette voie. Humble à son lancement, la firme le reste toujours autant aujourd’hui : le Xserve fait son petit bonhomme de chemin, sans faire de vagues. Chez les revendeurs américains, la machine se vend bien, mieux que les magasins de spécialistes avaient pu le pronostiquer. “Cela nous a surpris parce que la demande pour le Xserve est meilleure que ce que nous avions prévu”, a indiqué ainsi Robert Wilkins, un des responsables du revendeur PC Connection, à nos confrères d’itWorld. “Nos ventes ont plus que quadruplé pour le Xserve sur le dernier mois, et nous avons un bon mélange de nouveaux clients et de clients existants qui passent au nouveau serveur.”

Et PC Connection n’est pas le seul revendeur dans ce cas : des sociétés habituées à vendre de gros serveurs comme ceux de Sun Microsystems ou d’IBM ont commencé à ajouter le Xserve à leur catalogue. La raison ? Apple apporte sa légendaire expertise en facilité d’utilisation à un serveur puissant. La combinaison a de quoi surprendre et, passée la surprise, pousser à profiter de l’aubaine ! Et l’aubaine pourrait bien se poursuivre sous peu : selon le site américain Macosrumors, la version 3U RAID du Xserve devrait être lancée sous peu, avec ses 14 baies de stockage sur disque dur. Un complément indispensable pour s’ancrer sur le marché de l’entreprise. “La nouvelle machine d’Apple fait tourner Unix dans ses fondations. Il y a donc une véritable opportunité pour des gens qui aiment l’élégance mais qui ont également besoin des services de réseau et des standards issus d’Unix ou de Linux”, précise Jonathan Eunice, analyste à Illuminata Inc, une société de conseil.

Les briques “entreprises” d’Apple

Il faut dire que les principaux services de la version serveur de Mac OS X v10.2, le système d’exploitation du Xserve, sont loin d’être inconnus des administrateurs Unix : gestionnaire de groupes de travail, Open Directory sur le standard LDAPv3, partage de fichiers et d’impression sous Samba pour tous les clients connus? Pour faire bref : un logiciel serveur complet qui ne nécessite pas vraiment un génie de l’informatique pour le faire tourner ! De quoi plaire aux petites structures dans un premier temps, et certainement aux grandes par la suite ! Les racines unixiennes de Mac OS X signifient également que de nombreux logiciels destinés aux entreprises existent déjà pour la machine d’Apple à condition qu’un effort de portage, souvent considéré comme “mineur” par les spécialistes, soit fait. Pour certains logiciels, le portage a déjà été effectué. Pour d’autres, l’opération n’apparaît toutefois pas comme étant mineure. C’est le cas d’une des bases de données d’Oracle (voir édition du 23 août 2002), dont le portage a été entamé. On en attend la version définitive pour le tournant de l’année 2002/2003. De son côté, Apple s’est attelée à une prochaine mise à jour de son serveur d’applications WebObjects. Assemblées, ces pièces ne formeraient plus que les briques d’un même puzzle : Xserve, Xserve RAID, Mac OS X serveur, WebObjects (voir édition du 30 octobre 2000) et Oracle 9i se présenteront comme des concurrents redoutables sur des segments de marché nouveaux pour Apple. Si la firme réussit à convaincre qu’elle n’est pas entrée là par hasard, la concurrence n’aura qu’à bien se tenir !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur