Vidéo : Arkoon : “Nos clients veulent acheter la sécurité IT comme un service”

CloudVirtualisation

Assises de la Sécurité : Arkoon a repris en main SkyRecon mais au prix d’une “restructuration lourde”. Après avoir poussé des appliances de sécurité réseaux, l’éditeur lyonnais investit la virtualisation.

Lors de la session 2009 des Assises de la Sécurité, l’actualité stratégie d’Arkoon (sécurité réseau) était brûlante avec le rachat de SkyRecon (sécurisation des postes de travail).

Depuis, un département “Data & Endpoint Security” au sein d’Arkoon a été instauré pour la commercialisation des produit orientés postes de travail (StormShield) ou chiffrement des données (Securitybox, l’équivalent d’un PGP).

Mais la transition a été délicate.  Dans le dernier communiqué de presse financier, on évoque “restructuration lourde en raison d’une situation financière tendue”.

Les effectifs ont été ramenés à 17 personnes mi-2010 (contre une trentaine de collaborateurs avant le rachat) et les charges de structures ont été abaissées de 38%.

Au niveau du management, Patrick Prajs, ex-patron de SkyRecon, a quitté la société. “Il n’avait pas vocation à rester”, commente Thierry Rouquet, Président du directoire d’Arkoon, interrogé lors des Assises de la sécurité.

La dernière publication de ses résultats semestriels (Arkoon est coté sur Alternext) montre que l’acquisition de SkyRecon a laissé des séquelles avec des “dépréciations exceptionnelles”.

Ainsi, entre janvier et juin 2010, l’éditeur affiche un chiffre d’affaires de 4,4 millions d’euros (contre 4,8 millions à la même période l’an dernier). Mais, en prenant en compte la provision, c’est une perte nette de 4,47 millions d’euros qui apparaît.

Arkoon dispose désormais d’un effectif de 90 personnes entre Lyon et Paris (avec deux filiales en Italie et Etats-Unis). Il réalise 80% de son business en France (60% étant lié à son pôle de solutions sécurité réseau).

La distribution indirecte des produits est favorisée (sauf pour le cas de Securitybox), en faisant appel à des partenaires comme Thales (défense), Orange Business Services ou Cegid.

Un an plus tard, retour à l’édition 2010 des Assises de la Sécurité.

C’est le volet produits qui reprend le dessus chez Arkoon avec la sortie de la gamme Virtual Edition de l’offre UTM Fast 360 (UTM pour United Threats Management) qui “permet de faire évoluer son infrastructure de “100 à 6000 utilisateurs, toutes fonctions de sécurité activées ( firewall, anti-virus, anti-spam, filtrage URL et VPN SSL).

Pour découvrir l’interview vidéo de Thierry Arkoon, cliquez au centre du lecteur média.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur