Vidéo : comment la Gendarmerie nationale lutte contre la pédo-pornographie sur Internet

Cloud

Interview du Lieutenant-Colonel Permingeat, Chef de la division anti-cybercrimalité ratttaché au STRJD, diffusée à l’occasion du Forum International sur la Cyber-criminalité (FIC 2010).

Le Service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD), rattaché à la Gendarmerie nationale, est à la pointe dans la lutte contre la cyber-criminalité.

A ce titre, il intervient dans plusieurs domaines comme la pédo-pornographie, les escroqueries, les contrefaçons, le racisme ou la xénophobie diffusés via le Net.

Autant de délits réalisés par le biais de l’Internet. Alors que la Commission européenne recommande aux Etats membres de l’UE de renforcer leur cadre de lois dans la lutte contre la pédo-pornographie, ITespresso.fr diffuse une interview du Lieutenant-Colonel Permingeat.

Nous avions rencontré le Chef de la division anti-cybercrimalité ratttaché au STRJD à l’occasion d’une visite au sein du centre de la gendarmerie nationale dédié à ces délits sur Internet à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) organisée le 10 février.

Notre interlocuteur sur les moyens dont dispose la division cyber-criminalité pour lutter contre la pédo-pornographie, l’exploitation des mineurs et la surveillance des milieux pédophiles sur Internet (274 procédures judiciaires initiées dans ce sens selon le dossier de presse du Forum International sur la cyber-criminalité).

Les méthodes d’approche se perfectionnent. Ainsi, depuis un arrêté du 30 mars 2009, les gendarmes peuvent pratiquer “des cyber-infiltrations”, une technique visant à entrer en contact, sous pseudonyme, avec des personnes susceptibles de porter atteinte à des mineurs, sur des plates-formes communautaire (des chambres de discussions ou chat par exemple).

Pour découvrir l’interview du  Lieutenant-Colonel Permingeat, cliquez sur le centre du lecteur média (interview réalisée le 10 février).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur