Vidéo Edward Snowden : la hotline DGSE à l’écoute des Français chez Orange

Régulations
edward-snowden-videoconference-amnesty-france

1ère intervention publique d’Edward Snowden en France via Google Hangouts depuis la Russie. L’ancien espion USA devenu lanceur d’alerte confirme que le renseignement extérieur utilise le réseau Orange pour des écoutes électroniques.

Le 10 décembre, un autre événement vidéo est survenue en dehors de la participation de Tim Berners-Lee à la session LeWeb qui se poursuit aujourd’hui à Paris.

Dans le cadre d’un colloque monté pour la Journée internationale des Droits de l’homme, la section parisienne d’Amnesty International a proposé hier une conférence vidéo avec Edward Snowden via le système Google Hangouts.

C’est la première fois que le lanceur d’alertes s’exprime dans le cadre d’une conférence organisée en France. Rappelons qu’Edward Snowden est réfugié en Russie depuis l’été 2013. Pays dans lequel l’ex-consultant informatique de la NSA et de la CIA (la qualification d’ancien espion ne fait pas broncher l’intéressé) a pu obtenir le droit d’asile.

Et ce, alors que la justice et l’administration américaines cherchent à l’interpeller en raison du scandale provoqué par ses révélations sur le cyber-espionnage menée à l’échelle mondiale par les agences de renseignement de son pays (comme le programme Prism).

Dans les grandes lignes de son intervention vidéo, Edward Snowden considère que son action a permis de développer la prise de conscience des citoyens du monde à propos de l’ampleur de la surveillance numérique généralisée.

En commentant le rapport “extraordinaire” du Sénat américain relatif aux pratiques de tortures de la CIA (actes qu’Edward Snowden considère comme des “crimes inexcusables”), le lanceur d’alertes considère que “les officiers de la CIA savaient que c’était mal, mais le public n’était pas au courant (…) Si les programmes ont été stoppés, ce n’est pas parce que des officiers s’en sont indignés mais parce que les journaux les ont révélés.”

A propos de la cyber-surveillance en France, Edward Snowden s’est contenté de confirmer que des citoyens français ont été écoutés à travers le monde par le biais du réseau télécoms d’Orange et que les données ont été transmises à la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure, service de renseignement extérieur). A partir des éléments transmis par l’ancien espion américain, Le Monde avait mené une enquête dans ce sens.

En ce qui le concerne, Edward souhaiterait revenir aux Etats-Unis dans son pays natal. “C’est mon objectif (…) J’aurais bien aimé venir en Europe occidentale aussi.”

Rappelons qu’il existe une pétition pour accorder le droit d’asile à Edward Snowden en France. Lancée en juin sur la plateforme Change.org sous l’impulsion de L’Express, elle a recueilli 168 541 signatures en l’état actuel.


Quiz : Connaissez-vous les banques d’images sur Internet ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur