Vidéo Emmanuelle Roux (SC21) : “On a recensé une quinzaine de fablabs en France”

Régulations
fablab-emmanuelle-roux-sc21

Fleur Pellerin veut généraliser les fablabs. Emmanuelle Roux, Associée du cabinet SC21, s’implique dans un “atelier de fabrication numérique”. Elle nous explique leur fonctionnement (salon Planète PME).

A l’instar de Barack Obama aux Etats-Unis, le gouvernement français veut développer les fablabs sur le territoire national.

La semaine dernière, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique a organisé la semaine dernière, un atelier de travail sur l’économie numérique collaborative (un “Bercy Jam” quoi), avec l’association OuiShare.

Les fablabs sont perçus comme “un nouveau format de travail révolutionnaire mobilisant à la fois les services de l’Etat et l’écosystème. Il bouge les lignes et permet de construire des politiques publiques innovantes et participatives.”

Un appel à projets a été lancé dans ce sens pour le soutien de développement “d’ateliers de fabrication numérique” (clôture le 13 septembre, sélection des projets soutenus mi-octobre).

Vous en voulez une illustration ? A l’occasion du salon Planète PME organisé à la mi-juin, nous avons rencontré Emmanuelle Roux, Associée du cabinet de stratégie technologique SC21.

Elle s’implique dans un fablab et explique ses mécanismes atypiques en termes de boîtes à idées et le potentiel à transformer une idée en business.

Après la théorie des fablabs, passons à la pratique : découvrez la vidéo Emmanuel Gilloz (profession : “maker”) : comment combiner l’impression 3D et le crowdfunding


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur