Vidéo Jean Ferré – Microsoft : “Une cinquantaine de start-up par an seront créées via Spark”

EntrepriseStart-up
spark-jean-ferre-division-DPE-microsoft-france

Lors de l’inauguration de l’espace Spark “accélérateur de start-up” à Paris, le directeur de la division Développeurs, Plateforme et Ecosystème de Microsoft France a précisé son concept et son mode de fonctionnement.

Après avoir poussé l’accompagnement de start-up, le programme Spark de Microsoft prend une dimension d’incubation avec un premier espace physique de 300 mètres carrés accueillant des jeunes pousses.

Il vient d’être inauguré dans le quartier du Sentier à Paris (deuxième arrondissement).

Saluons cette initiative IT d’origine française pour le compte de la firme américaine. Elle pourrait être déclinée dans d’autres villes ou dans d’autres pays.

Jean Ferré, Directeur de la division DPE (Développeurs, Plateforme & Ecosystème) de Microsoft France, revient sur le fonctionnement de cet “accélérateur de start-up”.

Il explique dans quelle mesure Spark s’intègre dans le projet de “quartiers numériques” avec l’appui du gouvernement et de la Ville de Paris.

Mais le concept Spark pourrait s’étendre au-delà de Paris en France voire dans d’autres pays.

“Pourquoi ne pas le développer hors murs via Skype ?”

Le responsable  de la division DPE confirme également que Microsoft ne demande aucune contrepartie contraignante aux start-up intégrant la première promotion Spark.

Petite question piège au cours de l’entretien vidéo : alors qu’Anne Hidalgo (première adjointe de Bertrand Delanoë) et Jean-Louis Missika (en charge de l’innovation pour la Mairie de Paris) ont effectué le déplacement pour l’inauguration de Spark, il manquait Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique. Comment expliquer son absence ?

Jean Ferré ne peut guère commenter la situation. Trop touchy…Au moment de l’inauguration Spark dans le 2ème arrondissement de Paris, la ministre était à Bercy pour traiter un dossier chaud de l’économie IT.

Elle recevait “les acteurs concernés par les propositions d’engagements de la société Google pour répondre aux préoccupations de concurrence formulées par la Commission européenne”.

Au centre de cette rencontre : les propositions de Google qui doit répondre devant Bruxelles d’accusations d’abus de position dominante dans le domaine de la recherche et la publicité en ligne.

Rappelons que Microsoft fait partie de la liste des firmes contestant l’hégémonie de Google devant la Commission européenne…


————————————

Quiz : Connaissez-vous l’histoire de Microsoft ?

————————————

Credit photo : Microsoft TechDays 2013


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur