Vidéo Jérémie Mani – Netino : “Modération UGC : régler le curseur”

Cloud
jeremie-mani-netino-moderation-UGC

Salon T2M : Le business est florissant pour le spécialiste français dans la modération des contenus générés par les internautes (UGC) pour compte de tiers : marques, enseignes, médias…Merci Facebook ?

Netino est un prestataire spécialisé dans la modération des contenus générés par les utilisateurs (le fameux User Generated Content).

Historiquement, à la création de la société en 2002 (sa genèse revient à Jean-Marc Royer), il s’agissait de veiller à la bonne tenue des forums pour éviter des contributions malveillantes ou insultantes et des commentaires blessants liés à des articles sur des sites d’information.

Mais à l’ère de Facebook, on entre dans une toute autre dimension en termes de volumétrie.

Car les réseaux sociaux sont souvent considérés comme des “défouloirs 2.0”.

Netino relève le défi avec une plateforme technologique visant à filtrer automatiquement les contenant dérangeants et des équipes éparpillées entre la France, Madagascar et l’Inde.

La société affiche une soixantaine de références clients sur son site Web : B&You de Boygues Telecom, Europe 1, Boulanger, Boursorama, Le Monde, SFR, Nutella…

Elle cherche à endiguer les contenus qui dépassent le stade du droit légitime de la critique (un exercice qui n’est pas toujours évident au risque d’être perçu comme de la censure).

Sur le salon T2M, nous avons rencontré Jérémie Mani.

Co-fondateur et co-dirigeant de Directinet dans la période 2000 – 2009 (spécialiste de l’email marketing cédé au britannique IPT puis repris par le suédois Bisnode), il a pris les fonctions de président de Netino à partir de mi-2010.

Simultanément, Netino a bouclé un tour de table de deux millions d’euros pour renforcer l’équipe, poursuivre le développement international et la R&D.

Jérémie Mani précise la mission délicate de réguler les contributions des internautes a priori ou a posteriori.

Il donne également son point de vue sur la prochaine norme AFNOR qui a vocation à trier le bon grain de l’ivraie en matière d’UGC.

Une esquisse de régulation qui devrait d’abord satisfaire les professionnels du commerce électronique (en particulier dans le domaine du voyage, de l’e-tourisme et de la restauration).

Découvrez ci-dessous l’interview de Jérémie Mani.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur