Vidéo LeWeb Paris : Antoine Gounel – OpenGraphy : “Comment développer la réactivité des médias en fonction du buzz Facebook”

Cloud
antoine-gounel-opengraphy

Fondateur d’OpenGraphy, Antoine Gounel était sur LeWeb Paris 2014 pour présenter la solution GraphyStories, qui permet aux sites médias d’optimiser leur performance sur les réseaux sociaux.

Après quatre années de développement, OpenGraphy profite de la session LeWeb 2014 pour lancer officiellement sa solution GraphyStories, qui permet aux sites médias d’optimiser la performance de leurs publications sur les réseaux sociaux.

CEO et fondateur de cette start-up basée à Bruxelles, Antoine Gounel est formel : “Avant, on optimisait son site pour Google. Maintenant, on l’optimise pour Facebook“. Mais le marché a du mal à suivre cette mutation qui passe autant par la mise en place de technologies (Open Graph, “social plugins”, Facebook Connect, algorithmes de recommandation…) que par le création de contenu “engageant”.

C’est sur ce dernier point que se positionne GraphyStories, avec un objectif : aider les médias avant, pendant et après la rédaction en offrant un suivi des performances du site ainsi que de ceux des concurrents. L’instantanéité est abordée sous deux angles : quels sont les sujets qui “buzzent” actuellement ? Et quels seront ceux qui remonteront dans plusieurs heures ?

En analysant la performance sociale d’un article et en la relativisant par rapport à ses sources, on peut connaître la courbe“, assure Antoine Gounel. L’algorithme développé par ses équipes – qui comptent aujourd’hui une douzaine de salariés – cherche en fait l’ensemble des publications du secteur dans lequel le média est actifs et les croise avec les interactions sur les réseaux sociaux pour “en tirer le meilleur et adapter ses contenus“.

Cet outil de veille concurrentielle s’appuie sur un hébergement Amazon, le système de bases de données MongoDB et la plate-forme logicielle Node.js pour récupérer les articles et les confronter avec leurs performances sur Facebook, Twitter et consorts. Il est décliné en deux formules avec des tickets d’entrée respectifs à 500 et 2500 euros par mois. Dans les deux cas, du hardware est fourni (une tablette iPad ou un écran tactile) pour “moderniser la salle de rédaction”.

Une levée de fonds se prépare pour 2015, mais dans l’état actuel, OpenGraphy “continuera en autofinancement”, le temps de chercher quelques acteurs sur différents marchés d’Europe.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : la e-réputation, ça vous parle ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur