Vidéo Pierre Baudracco – Blue Mind : “Messagerie : notre approche open source”

CloudGestion cloud
blue-mind-messagerie-open-source-pierre-baudracco

Salon Solutions Linux : Le fondateur de Blue Mind présente la V2 de sa nouvelle solution de messagerie, d’agendas, contacts et de collaboration. Un nouveau challenger en mode open source.

Dans les outils de messagerie, il faudra désormais compter sur Blue Mind.

Cet éditeur de solutions open source de messagerie, installé à Montpellier, joue le challenger face aux acteurs qui se sont déjà imposés sur le marché comme Microsoft Exchange, IBM Lotus Notes ou Zimbra.

Dans le cadre du salon Solutions Linux qui a récemment été organisé à Paris – La Défense, nous avons rencontré Pierre Baudracco, CEO de Blue Mind, qui présente la V2 de son outil phare.

Dotée d’une “ergonomie simplifiée” et d’une “interface web réactive”, la solution, disponible en quatre langues (français, anglais, espganol et slovaque) se veut plus souple.

Et elle dispose d’un mode déconnecté directement dans le navigateur. Le tout englobé “dans une vision R&D” avec une pincée de couche de sécurité cloud.

C’est un ancien manager de Linagora (après le rachat de sa précédente société Aliacom en 2007, éditrice de la solution AliaSource à partir d’ OBM) qui a repris son indépendance pour fonder la nouvelle solution de messagerie, d’agendas, contacts et de collaboration.

Blue Mind dispose d’un premier lot d’une cinquantaine de références assez variées comme l’INSEAD de Toulouse (3500 utilisateurs), la Mairie de Saint-Ouen, le conseil général du Tarn et Garonne mais aussi Exa Networks (hébergeur UK) et l’association Aides (lutte contre le sida).

Sachant qu’une dizaine de clients dépasse la barre de déploiement de 1000 utilisateurs.

Et cela déborde sur la communication cross-canal en entreprise :  ainsi, Blue Mind s’est également associé à Avencall pour développer “la 1ère solution de messagerie unifiée open source”

La société affiche un chiffre d’affaires d’un million d’euros à l’horizon 2014 et poursuit son recrutement (de 10 personnes, l’équipe devrait doubler d’ici la fin de l’année).

Elle est financée par un bouquet de business angels qui ont injecté “moins de 500 000 euros” dans la structure, ce qui correspond à moins de 10% du capital.

Au cours de l’entretien vidéo, Pierre Baudracco revient sur les principales fonctions, le modèle économique de Blue Mind et la manière dont la circulaire Ayrault (“Orientations pour l’usage des logiciels libres dans l’administration”) datant de septembre 2012 peut changer la vision du logiciel libre dans la sphère publique…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur