Vidéos : Adconion reprend des actifs de Joost

CloudMarketingPublicité

Le réseau de publicité en ligne Adconion veut renforcer a propre plate-forme vidéos avec des actifs de Joost. La fin d’une start-up qui voulait révolutionner le monde du streaming vidéo…

Le sort de Joost est scellé. Un certain nombre d’actifs de la plate-forme vidéos est repris par Adconion Media, une société Internet orientée e-marketing et publicité à la performance) qui anime un réseau mondial. Le prix d’acquisition des actifs de Joost n’est pas précisé dans le communiqué.

Adconion Media compte exploiter les outils de Joost en les mettant à disposition de ses clients : annonceurs, diffuseurs de contenus, éditeurs de  sites Internet qui sont à la recherche d’une solution complète de diffusion de vidéos.

Le groupe “e-pub” acquéreur a déjà exploré cette voie à travers son offre de syndication de contenus audiovisuels (Adconion.TV) mis à disposition de ses clients à la recherche d’audience sur Internet.

Avec l’ajout des actifs de Joost, Adconion compte pousser la commercialisation des vidéos (en intégrant des publicité en pré-diffusion) de sa bibliothèque vers son réseau de 2000 éditeurs premium (cumulant 80 millions de vidéos streamées par jour).

Vendredi dernier, le groupe acquéreur a anoncé la signature d’un premier client européen qui va bénéficier des synergies avec Joost :  Goldbach Media Group.

Le réseau de publicité interactive d’Adconion Media est dense (16 bureaux dans 7 pays, y compris Paris). En février 2008, il avait procédé à une levée de fonds de 53 millions d’euros.

Après le départ flamboyant de Joost en 2007 (initialement le Venice Project de Niklas Zennström et Janus Friis, créateurs de Skype et Kazaa), l’intégration de la plate-forme vidéo dans Adconion marque un arrêt aux ambitions initiales.

Joost voulait parier sur le streaming pour concurrencer des plates-formes vidéos à la demande comme YouTube en s’appuyant sur un modèle publicitaire.

Un projet de start-up qui a été contrarié pour des raisons diverses : tergiversations stratégiques, instabilité du management, contexte économique trouble avec la fin de la manne publicitaire liée à la crise…Et un destin étrangement lié à celui de Skype, à celui d’un fonds d’investissement (Index Venture) et d’un manager (Mike Volpi).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur