Vie privée : Google Street View sera sous le feu des projecteurs en Allemagne

Cloud

Google Street View suscite une nouvelle polémique à propos de la protection de la vie privée en Allemagne où le groupe américain souhaite lancer ce service avant la fin de l’année.

Malgré les fortes réticences des autorités allemandes face au respect de la vie privée, Google a fait part de son intention de lancer d’ici la fin de l’année en Allemagne son service de visite virtuelle de ville Street View, accessible via Google Maps.

Dans un premier temps, Google Street View couvrira les vingt plus grandes villes allemandes. Outre la capitale Berlin, les villes cartographiées par Street View seront: Bielefeld, Bochum, Bonn, Dortmund, Duisbourg, Düsseldorf, Essen, Francfort sur le Main, Cologne, Wuppertal, Hambourg, Hanovre, Brême, Mannheim, Munich, Nuremberg, Stuttgart, Leipzig et Dresde.

Pour sa part Johannes Caspar, responsable de la protection des données privées de la ville de Hambourg, où la filiale allemande du groupe Internet a son siège,  avoue être “très étonné” par cette annonce du géant américain. D’autant plus que M. Caspar était en charge de négocier avec Google, pour l’ensemble de l’Allemagne, un lancement de Street View respectueux de la vie privée.

En mai, Google avait dû reporter le lancement de Street View : l’agence allemande de protection des données à Hambourg (DPA) avait en effet exigé des précisions sur l’étendue des données collectées par Google Street View, notamment les informations recueillies depuis des bornes Wi-Fi non protégées par les fameuses “Google Cars”.

Pour tenter d’apaiser les craintes des Allemands, Google a indiqué qu’il allait leur permettre de s’opposer à la mise en ligne de photographies de leur domicile pendant quatre semaines, soit jusqu’au 15 septembre.

le groupe Internet américain, dont les Google Cars ont déjà sillonné les rues allemandes pour prendre les photos, redouble de précaution dans ce pays puisque le moteur de recherche annonce qu’il utilisera également un logiciel rendant  illisibles les plaques d’immatriculation et empêchant de distinguer les visages de passants photographiés par les opérateurs de Street View.

Enfin le groupe de Mountain View demande aux personnes dont le visage ou le véhicule auraient échappé à son logiciel de l’en avertir afin que le site puisse prendre en compte leurs doléances dans les meilleurs délais.

Ces concessions sont cependant loin de convaincre Johannes Caspar, ainsi qu’un grand nombre de citoyens allemands, pour qui “cette introduction à très court terme de la possibilité d’opposition, le choix d’une date pendant les vacances d’été ainsi que le fait que Google refuse d’ouvrir une ligne téléphonique pour répondre aux questions des citoyens, tout cela fait douter que Google tienne réellement à la mise en place d’un droit d’opposition simple et accessible”.

M.Caspar reproche en outre à Google de rester trop vague quant au traitement prévu pour les données des personnes s’opposant à la publication des photos de leur domicile. Il a d’ailleurs écrit à la direction de Google pour lui faire part de ses griefs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur