Vie privée : un ingénieur de chez Google viré pour avoir espionné des comptes utilisateurs

Mobilité

David Barksdale, ingénieur chez Google, a été licencié cet été pour avoir consulté sans autorisation les données personnelles de plusieurs internautes, dont au moins 4 mineurs.

La protection de la vie privée des internautes serait-elle devenue la nouvelle préoccupation majeure de Google ? La firme de Mountain View vient en tout cas de confirmer le licenciement en juillet dernier d’un de ses ingénieurs, coupable, selon elle, “d’avoir violé la stricte politique interne de respect de la vie privée”.

Selon le site Gawker.com, l’ingénieur David Barksdale, 27 ans, aurait en effet sciemment, et à plusieurs reprises, accéder à des comptes utilisateurs  de jeunes internautes, “violant la vie privée d’au moins quatre mineurs”,  rapporte le site Web d’informations.

Cet employé américain aurait profité de sa situation professionnelle au sein de Google pour accéder aux informations personnelles, et censées être protégées, de certains utilisateurs des services en ligne du groupe Internet.

En effet, David Barksdale faisait partie d’un groupe d’informaticiens chez Google, les SRE (Site Reliability Engineers – ingénieurs de fiabilité des sites), qui “ont accès aux données les plus sensibles”.

Fort de cette position, Gawker.com révèle que, “dans un incident intervenu au printemps impliquant un garçon de 15 ans dont il était devenu l’ami, Barksdale avait consulté les relevés de Google Voice, le service de téléphonie par internet de Google, après que le garçon eut refusé de lui dire le nom de sa nouvelle petite amie […] Après avoir accédé au compte de l’adolescent pour trouver son nom et son numéro de téléphone, Barksdale a nargué le garçon et menacé d’appeler” cette jeune personne.

A l’heure où Google doit faire face à des problèmes de protection de la vie privée, liés notamment à son service de navigation virtuelle Street View, il assure pourtant surveiller “attentivement le nombre d’employés qui ont accès [au] système, et [mettre] régulièrement à jour [les] contrôles”, selon les déclarations à l’AFP de Bill Coughran, le vice-président de la branche Ingénierie.

Mais de nuancer : “En outre nous accroissons de façon significative le temps que nous passons à surveiller nos relevés pour nous assurer que les contrôles soient efficaces. Cela dit, il faudra toujours qu’un certain nombre de gens accèdent aux systèmes s’ils doivent bien fonctionner. C’est la raison pour laquelle nous prenons tellement au sérieux chaque manquement”.

Rappelons que Google a accepté d’abaisser en 2008 à neuf mois la durée de conservation des données personnelles des internautes qu’il stocke. Les adresses IP présentes sur les historiques du serveur Google étaient auparavant conservées pendant 18 mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur