ViewSonic France se tourne davantage vers les entreprises

EntrepriseRégulations
ViewSonic gamme 2012 vidéoprojecteur Smart PC écran WQHD

ViewSonic France prône une réorientation de ses activités vers le BtoB et joue l’innovation à tous les échelons (écrans, vidéoprojecteurs…). Tour d’horizon de la stratégie avec un bonus galerie photos.

A l’heure de souffler sa 25ème bougie, ViewSonic amorce une réorientation de ses activités vers le BtoB.

Le groupe high-tech américain se met en quête d’un nouveau renom.

Country Manager France et vice-présidente Europe pour le Développement Stratégique, Corinne Nélis se résout volontiers à cet état de fait et prône une relance par l’innovation, sur le segment historique de la maison : l’affichage.

L’offensive à court terme se matérialisera tout particulièrement en France. Elle ratissera large, avec un vidéoprojecteur à technologie hybride, un écran 10 bits haute définition et un Smart PC sous Android.

Pour 2013, ViewSonic se donne un objectif chiffré : accaparer 3% du marché mondial dans tous les secteurs d’activité sur lesquels il exerce.

A l’heure actuelle, le groupe high-tech américain plafonne à 2% de parts sur les vidéoprojecteurs et environ 1,4% pour les écrans, sur une proportion de 50/50 entre B2B et B2C.

En France, le rapport est plus déséquilibré. Le B2C génère 75% du chiffre d’affaires, notamment par le canal Internet (CDiscount, Fnac.com, Grosbill, etc.), plus accessible que les enseignes physiques.

Pour recadrer sa distribution dans une logique axée entreprises, ViewSonic traite avec les grossistes TechData et Ingram Micro.

Avec leur concours, s’appliquera en 2013 un modèle de vente intégralement indirect. Seront sollicités à terme, des intégrateurs, des spécialistes de l’audiovisuel ou encore des revendeurs catalogue.

Le rapprochement avec ViewSonic pourra s’effectuer via un portail Web dédié, dans le cadre d’un programme partenaires.

Dans cette quête d’une nouvelle dynamique, la force de la maison reste le LCD. Mais alors que la marché européen s’effondre progressivement (étude DisplaySearch, 2è trimestre 2012), les cristaux liquides doivent adopter d’autres formes.

En l’occurrence, celle d’un système tout-en-un aux allures de client léger. “Les écrans deviennent actifs et connectés“, explique Mark Lufkin. Et d’ajouter : “le PC n’est plus le centre d’action ; c’est désormais le cloud“.

Dans cet esprit, Mark Lufkin évoque l’écran sous toutes ses coutures : reconverti en auxiliaire d’éducation, tactile en ultra-haute définition 4K, digitaliseur avec une technologie “comparable à celle de Wacom”…

Mais aussi embarqués dans des bureaux d’écoliers, utilisés comme panneaux d’affichage dynamique en centre commercial, voire apposés aux murs en tant que posters électroniques. Ces usages ne devraient néanmoins se matérialiser qu’à l’horizon 2014-2015.

Pour l’heure, l’offensive initiale, celle du renouveau, est menée avec trois produits sur lesquels s’applique toujours la garantie dont la maison est coutumière : 3 ans avec échange standard sur site.

(Lire la fin de l’article page 2 + découvrir la galerie photos)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur