Violation de brevets : Paul Allen fait chou blanc

CloudJuridiqueRégulations

Par le biais de sa société Interval Licensing, Paul Allen avait déposé une plainte pour violation de brevets contre 11 mastodontes de l’IT. Rejetée une première fois, la plainte devra être étoffée.

La justice américaine vient de rejeter une plainte déposée fin août par Paul Allen. Par l’intermédiaire de sa société Interval Licensing, le co-fondateur de Microsoft avait déposé une plainte pour violation de brevets contre onze géants de l’IT, comme Apple, eBay, Facebook, AOL, Google, Yahoo ou encore YouTube.

Paul Allen accusait ainsi ces groupes américains d’avoir sciemment utilisé des technologies issues de brevets déposés par Interval Licensing pour le compte de sa société Interval Research, orientée systèmes d’information, communications et sciences informatiques, créée en 1992 par Paul Allen et David Liddle.

Le co-fondateur de Microsoft estime ainsi que quatre de ses brevets ont été violés par les onze sociétés IT concernées. Ils toucheraient au développement  de technologies de recherche autour du commerce électronique.

Mais une juge de la ville de Seattle (Etat de Washington) a déclaré cette plainte irrecevable.

Marsha Pechman estime ainsi qu’il n’est pour le moment pas possible d’identifier les produits des concurrents accusés qui utiliseraient les technologies mises au point par Interval Research.

Toutefois, tout n’est pas perdu pour Paul Allen. Celui-ci a obtenu un délai qui s’achève le 28 décembre pour compléter sa plainte initiale et étoffer les chefs d’accusation.

Le co-fondateur de Microsoft a ainsi la ferme intention de mener sa croisade jusqu’au bout a souligné un porte-parole de Paul Allen au quotidien The Wall Street Journal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur