Violation de brevets Java : Oracle devra peaufiner sa charge anti-Google

MarketingMobilitéOS mobiles

Poursuivi aux Etats-Unis par Oracle pour violation de brevets Java dans la machine virtuelle d’Android, Google obtient un répit en justice. La firme de Larry Ellison doit revoir l’angle d’attaque.

Oracle l’emportera peut-être, mais pas au paradis.

Dans le procès intenté à Google pour violation de brevets déposés sur la technologie Java, le leader mondial des bases de données va devoir réviser son dossier.

Trop souvent considérée comme libre de droit alors qu’elle ne l’est pas, la plate-forme Java a été implémentée à outrance dans de nombreux systèmes d’exploitation, dont Android.

L’OS mobile de Google dispose d’une machine virtuelle dénommée DalvikVM et devenue le nerf d’une guerre initiée l’an dernier devant les autorités américaines.

Selon Silicon.fr, c’est là que le bât blesse pour Google.

Assignée en justice le 12 août 2010 pour avoir utilisé en connaissance de cause des brevets déposés par Oracle, la firme de Larry Ellison réclame la bagatelle de 6 milliards de dollars.

Google vient d’obtenir un sursis. Le juge californien en charge de l’affaire somme désormais Oracle de revoir son dossier, “œuvre d’un avocat payé 700 dollars de l’heure” qui “demande la lune“.

Le 22 juin, Oracle avait déjà subi une déconvenue remarquable : 17 de ses 21 plaintes à l’encontre de Google avaient tout bonnement été annulées, faute de litiges dans l’utilisation des 7 brevets Java impliqués.

Le délibéré devrait être reporté à octobre. Le temps pour les deux parties de renforcer leur argumentaire et restreindre leurs demandes à des proportions plus respectables.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur