Virgin : le dépôt de bilan est inévitable

Marketing
virgin-megastore-depot-bilan-distribution-produits-culturels-multimedia

La direction de Virgin Megastore (distribution de produits culturels et multimédia) va déposer aujourd’hui le bilan. Les salariés (un millier) sont inquiets : l’enseigne pourrait disparaître.

L’horizon chez Virgin Megastore s’assombrit.

Aujourd’hui (9 janvier), la direction du groupe de distribution de produits culturels et multimédia devrait déposer le bilan devant le tribunal de commerce.

Hier (8 janvier), un comité d’entreprise extraordinaire avait été organisé “sur le projet de déclaration de cessation de paiement de l’entreprise”.

Tout s’accélère désormais : l’entreprise ne pouvant plus régler ses créanciers, une procédure de redressement va être enclenchée.

Mais, au pire, on aboutira à une liquidation judiciaire et la fin du groupe qui embauche un millier de personnes en France.

Mais les relations entre la direction de Virgin Megastore et les syndicats sont tendues en raison de la position prise par l’actionnaire majoritaire de la société depuis 2008 : le fonds Butler Capital Partners refuse de prendre en charge le volet social lié au processus de redressement judiciaire (congés de reclassement, indemnités légales, budget de formation…).

“Notre grosse demande, c’est qu’il prenne en charge financièrement le volet social de tout ce qui potentiellement peut arriver suite à la cessation de paiement et on s’est heurté à une fin de non recevoir, Butler ne veut pas verser un centime pour les salariés”, a déclaré Guy Olharan, secrétaire du comité d’entreprise et élu CGT, cité par Reuters.

Un mouvement de grève sera organisé dans la journée sur les Champs-Elysées à proximité du Virgin Megastore qui sert de vitrine.

Après la réunion du CCE, les représentants du fonds Butler ont juste déclaré “avoir beaucoup investi dans cette société”. “Nous recherchons la meilleure solution possible”, ont-ils précisé.

Virgin Megastore possède 26 magasins en France. Le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 286 millions d’euros en 2011 et le montant de ses dettes s’élèveraient à 22 millions d’euros.

Outre ses difficultés financières, l’enseigne de distribution de produits culturels doit affronter une concurrence ardue (voire “déloyale” selon la ministre de la culture Aurélie Filippetti) en provenance des acteurs du commerce électronique (comme le redoutable Amazon), à l’instar de la FNAC qui n’est pas non plus épargnée.

Et ce, malgré l’exploitation de son propre portail de téléchargements de musique, films et livres (Virginmega.fr).

(Credit photo : Shutterstock.com – Copyright : Skovoroda)

Quiz : Etes-vous au point sur la musique en ligne ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur