Visiophonie, vidéo et musique : les trois produits d’appel de SFR

Mobilité

SFR a lancé sa première gamme d’offres et de services 3G destinés au grand public. En un an, l’opérateur estime qu’il peut séduire 500 000 clients.

Le véritable décollage du marché de l’UMTS est attendu en 2005. En conséquence, les premières offres de services de téléphonie mobile de troisième génération (T3G) déployées par SFR sont perçues comme un amorçage. Pour le démarrage dès ce mois-ci, elles sont disponibles dans 64 communes de plus de 50 000 habitants (dont les dix plus grandes agglomération : Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Rennes et Montpellier), soit 38 % de la population. SFR prévoit une extension à 58 % de la population pour fin 2005. A l’échelle internationale, l’opérateur s’appuie sur le réseau Vodafone (douze pays européens et Japon), son deuxième actionnaire derrière Vivendi Universal, pour assurer le roaming (l’interconnexion entre les opérateurs).Côté débits, SFR maintient que la vitesse de transmission des données dans une zone UMTS peut atteindre 384 Kbit/s au maximum. L’opérateur mobile assure avoir mis en place une solution “totalement transparente” pour les utilisateurs. Un dispositif qui permet d’assurer une continuité de service en passant d’une zone couverte par l’UMTS à une autre uniquement accessible en mode GPRS. Contrairement à Orange, SFR ne compte pas avoir recours à Edge, présentée comme une technologie de transition entre la T2G (GPRS) et la T3G.”Nous nous adressons d’abord à une cible de clients spécialistes”, reconnaît Pierre Bardon, directeur général de SFR. C’est-à-dire, dans l’esprit de l’opérateur mobile, les jeunes consommateurs et les professionnels “modernes et urbains”. Côté terminaux, huit modèles UMTS, en provenance de cinq constructeurs (Sony Ericsson, Samsung, Motorola, Sharp et Nokia), sont disponibles sur le marché français à partir de 199 euros. Services et contenus vidéo à l’honneur Le menu des services multimédias mobiles est alléchant : visiophonie, vidéo, musique et bientôt jeux en 3D. Parmi les applications les plus attendues dans l’univers de la T3G figure la visiophonie, qui offre la possibilité de voir son correspondant et de lui parler. Les communications peuvent se faire de mobile à PC et vice-versa ou de mobile à mobile. Dans ce dernier cas, le débit moyen sera de 64 Kbit/s. La visiophonie sera facturée à la minute. Il faut compter sur un tarif double par rapport à un appel voix. Précision importante : seul l’appelant sera facturé tandis que l’appelé ne sera pas mis à contribution. Pierre Bardon certifie que la visiophonie a fait l’objet d’une procédure d’interconnexion avec les autres opérateurs. En clair, un abonné SFR T3G peut appeler par visiophonie un abonné Orange s’il dispose d’un équipement adéquat.Autre application liée à la vidéo : l’accès un bouquet de programmes de séquences vidéo, divisés en huit grandes thématiques (sport, actualité, musique, cinéma, people, humour, sexy, pratique). Ce service a été développé par le prestataire Wonder Phone, spécialisé dans la vidéo sur mobile (voir édition du 4 novembre 2004), pour le compte de SFR. Un bouquet de chaînes de télévision en streaming et en direct est également en cours de développement : six chaînes sont déjà dans la boucle (Euronews, Fashion TV, iTélé, Ciné Cinéma Info, l’Equipe TV et Live One). Si les vidéos à la demande sont facturées à l’unité (compter entre 0,65 et 2,5 euros par fichier), la consommation des chaînes en direct est facturée à la durée (0,50 euro la minute).Même si SFR a concédé la marque Universal Music à Bouygues Télécom (voir édition du 25 août 2004 ), l’opérateur mobile de Vivendi Universal ne lâche pas prise dans le domaine de la musique. Il lance le service SFR Music qui permet de télécharger des fichiers musicaux sur son mobile. Le client dispose d’un catalogue de 50 000 titres issus d’Universal Music et de Sony Music. Pour le démarrage, ce service de musique est uniquement proposé sur le terminal nouvelle génération Nokia 6630. Celui-ci est équipé d’une carte mémoire qui permet de stocker plus de quatre heures de musique. Le téléchargement d’un titre coûte 1,99 euro TTC (hors forfait).Pour développer son bouquet T3G, SFR s’est associé à 54 fournisseurs de contenus et de services thématiques (sport, info et météo, sonneries et images, TV-vidéo, rencontres…). La plupart des prestataires ont déjà fourbi leurs armes dans le domaine du multimédia mobile avec le bouquet GPRS Vodafone Live. Sept forfaits UMTS Pour ses premières offres UMTS, SFR a orienté sa grille de tarification vers un concept de “crédit de communication”. Hors promotion et système de parrainage, les forfaits s’étalent entre 46 euros TTC par mois (pour 3 heures d’appel dont 1h30 de visiophonie) jusqu’à 142 euros par mois (pour 15 heures d’appel dont 7h30 de visiophonie). Ces forfaits prennent également en compte les SMS et les MMS. Par contre, les communications sur les numéros spéciaux (du type 0800) et les services de données à la demande (le téléchargement d’un fichier audio ou vidéo par exemple) en sont exclus.D’ici fin 2005, SFR espère intéresser 500 000 clients aux services T3G. Actuellement, il compte convertir à l’UMTS une partie de sa base d’abonnés Vodafone Live en GPRS (1,4 million d’abonnés à fin septembre). Les investissements dans l’UMTS sont considérables : 619 millions d’euros pour acquérir la licence et trois milliards d’euros dans le réseau UMTS sur dix ans (2001-2011).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur