« Veni, vidi, Vivendi » : Arnaud de Puyfontaine va diriger Telecom Italia

Gestion des talentsGouvernanceJuridiqueLégislationManagementRégulations
arnaud-de-puyfontaine-vivendi-telecom-italia

L’actuel président du directoire de Vivendi devient aussi patron de Telecom Italia. A côté, Vincent Bolloré a évoqué sa succession à la tête de Vivendi.

C’est confirmé : Arnaud de Puyfontaine, Président du directoire de Vivendi, va cumuler cette fonction avec celle Président Exécutif de Telecom Italia. 

Le groupe français, qui explore une convergence des contenus (musique, TV, cinema, jeux vidéo…) avec les réseaux numériques en s’appuyant sur des actifs comme Canal Plus, Universal Music ou Gameloft, est devenu progressivement le principal actionnaire de l’opérateur télécoms italien.

Cette consolidation a été validée par la Commission européenne en début de semaine.

Bruxelles a  autorisé la prise de contrôle de Telecom Italia par Vivendi. Avec une condition : la cession de la participation de Telecom Italia dans Persidera (opérateur engagé dans l’accès de gros aux réseaux terrestres numériques pour la diffusion de chaînes de télévision).

Raison évoquée : « Vivendi aurait pu bénéficier des avantages d’une telle stratégie soit directement par l’intermédiaire de Persidera soit indirectement au moyen de sa participation minoritaire dans Mediaset, les autres acteurs présents sur le marché ne représentant pas une alternative viable pour les chaînes de télévision. De ce fait, il aurait été plus coûteux pour les chaînes de télévision d’atteindre leur public en Italie. »

Vivendi a d’ores et déjà accepté cette exigence de la Commission européenne. Mais le groupe dirigé par Vincent Bolloré doit rester vigilant sur un autre front : celui du pluralisme des médias.

Dans une décision publiée le 18 avril 2017, l’autorité italienne chargée des communications (AGCOM) a estimé que la position de Vivendi sur les marchés italiens des médias et du contenu enfreignait les règles italiennes sur le pluralisme des médias.

Elle a soumis une injonction à Vivendi : monter soit dans le capital de Telecom Italia soit dans celui de Mediaset. Le groupe ne peut pas tabler sur les deux en simultané au nom du respect du pluralisme des médias.

Mais Vivendi a clairement pris position pour la première option : Telecom Italie sera son cheval de bataille en Italie.

Havas-Vivendi : un indice sur la future gouvernance

Cette nomination d’Arnaud de Puyfontaine à la tête de l’opérateur télécoms italien est intéressante à relier avec une déclaration entendue lors de l’assemblée générale du groupe Vivendi qui s’est déroulée aujourd’hui à Paris.

Sur fond de rapprochement entre Havas et Vivendi (qui ont en point commun l’actionnaire principal Vincent Bolloré via Groupe Bolloré), l’homme d’affaires breton a glissé une information qui n’est pas anodine sur la future gouvernance du groupe consolidé.

Son fils Yannick Bolloré (actuel P-DG du groupe publicitaire Havas) a vocation « à terme » à prendre la tête de Vivendi.

Parallèlement, Publicis, concurrent d’Havas, vient de franchir un cap important avec le passage à relais entre Maurice Levy et Arthur Sadoun à la tête du troisième groupe publicitaire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur