Vivendi coupe vraiment le cordon avec SFR – Numericable

EntrepriseFusions-acquisitions
numericable-sfr-vivendi-desengagement-capital

Vivendi cède le reliquat de 20% du capital détenus dans le groupe Numericable – SFR. A travers sa holding Altice, Patrick Drahi possèdera ensuite 70,4% du groupe télécoms.

Vivendi s’éclipse rapidement du capital de Numericable-SFR. Le groupe médias détenait encore une participation de 20% dans le nouvel ensemble télécoms.

Le 27 février, il a décidé de couper le cordon en cédant ses parts à Patrick Drahi, Président d’Altice, maison-mère de Numericable-SFR.

A travers cette opération, Vivendi accepte de vendre sa participation de 20% dans le capital du groupe télécoms à un prix de 40 euros par action.

“L’acquisition sera effectuée pour moitié par Altice France, et pour moitié par Numericable-SFR dans le cadre d’un programme de rachat d’actions qui sera soumis au vote de la prochaine assemblée générale de Numericable-SFR [prévue le 28 mai 2015, elle devrait désormais se dérouler d’ici la fin avril]”, précise le communiqué.

A propos du schéma du financement, Numericable-SFR devra débourser 1,948 milliard d’euros à partir de ses propres ressources et par voie de tirage sur sa ligne crédit potentiellement réutilisable (un milliard d’euros mis à la disposition du groupe).

Ce désengagement accéléré met fin au pacte d’actionnariat associant les parties pour couper Vivendi de SFR et effectuer le rapprochement avec Vivendi.

Ce mouvement pousse Vivendi à verser à Numericable-SFR un ajustement du prix d’acquisition de SFR de 116 millions d’euros (application de la procédure d’ajustement de prix prévue dans les accords initiaux).

Le groupe médias renonce également au complément de prix éventuel de 750 millions d’euros qui aurait été dû par Numericable-SFR à Vivendi en cas d’atteinte d’un certain niveau EBITDA atteint.

Des modalités de fusion-acquisition-intégration qui titillent l’administration fiscale française qui compte réclamer le “paiement d’un impôt en principal de 711 millions d’euros, assorti d’intérêts de retard et de majorations pour 663 millions d’euros”.

Ce que les groupes concernés (Vivendi, SFR, Numericable) devraient contester.

A l’issue de ce départ de Vivendi du capital du nouveau groupe télécoms, Numericable-SFR sera détenu à hauteur d’environ 70,4% du capital par Altice France.

De son côté, après ajustement de la nouvelle donne, Vivendi aura cédé SFR à Numericable pour un montant global de 17 milliards d’euros.

Curieux tempo : alors qu’Altice se renforce dans le capital du groupe Numericable-SFR, Le JDD a révélé dans son édition du dimanche 1er mars que la holding d’investissement luxembourgeoise de Patrick Drahi serait prête à acquérir Bouygues Telecom pour un montant situé dans une fourchette 7 milliards – 7,5 milliards d’euros.

La semaine dernière, en présentant les résultats annuels du groupe Bouygues, Martin Bouygues a déclaré selon les propos retenus par Les Echos : “Il n’y a aucune raison légitime pour que je cède Bouygues Telecom, quel que soit le prix. Ce n’est pas sentimental. Je crois en l’avenir de ce métier et dans notre capacité à réussir seuls.”

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur